En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tant qu'il y aura des hommes

From Here to Eternity

Drame de Fred Zinnemann, avec Burt Lancaster (sergent Milton Warden), Montgomery Clift (Robert E. Lee Prewitt), Deborah Kerr (Karen Holmes), Donna Reed (Lorene), Frank Sinatra (Angelo Maggio), Philip Ober (capitaine Holmes), Mickey Shaughnessy (sergent Leva), Ernest Borgnine (sergent « Fatso » Judson), Harry Bellaver (Mazzioli), Jack Warden (Buckley).

  • Scénario : Daniel Taradash, d'après le roman de James Jones
  • Photographie : Burnett Guffey
  • Décor : Cary Odell, Frank Tuttle
  • Musique : Morris Stoloff, George Dunning
  • Montage : William A. Lyon
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1953
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 58
  • Prix : Huit Oscars, dont : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleurs seconds rôles masculin (Sinatra) et féminin (Reed), meilleure photo

Résumé

Les destins entrecroisés de quelques soldats, dans une caserne de Honolulu, à la veille du bombardement de Pearl Harbor, en 1941 : celui de Robert E. Lee Prewitt, le « cas à problèmes », qui tombe amoureux de l'entraîneuse Lorene ; celui de son ami Maggio, gringalet persécuté par le sergent « Fatso » ; celui du sergent Warden, épris de Karen, la femme de son supérieur. Maggio est battu à mort, Prewitt le venge et se fait tuer par erreur, et les deux femmes sont rapatriées.

Commentaire

Ce drame solide, servi par un astucieux casting à contre-emploi récompensé par les Oscars, fut peut-être surestimé à sa sortie, mais fut injustement dénigré par la suite, en vertu de la « politique des auteurs » ou de la prétendue hypocrisie de son antimilitarisme. C'est avec un classicisme sans défaut, mais sans passion, que Zinnemann traite son sujet « humain ». Si certaines séquences trop vantées tiennent aujourd'hui du « folklore » cinéphilique (la scène d'amour nocturne sur la plage, le combat de boxe où se démène la doublure de Monty Clift), d'autres conservent une force poignante (le solo de trompette dans la boîte de nuit, la mort de Maggio, le bombardement, la fin absurde de Prewitt, l'épilogue sur le bateau) qui reste gravée dans les mémoires.