En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Portier de nuit

Il portiere di notte

Drame psychologique de Liliana Cavani, avec Charlotte Rampling (Lucia Atherton), Dirk Bogarde (Max), Philippe Leroy (Klaus), Gabriele Ferzetti (Dr Hans Vogler), Isa Miranda (la comtesse Stein).

  • Scénario : Liliana Cavani, Italo Moscati
  • Photographie : Alfio Contini
  • Décor : Jean-Marie Simon, Nedo Azzini
  • Musique : Danièle Paris
  • Montage : Franco Arcalli
  • Pays : Italie
  • Date de sortie : 1973
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 55

Résumé

En 1957, la femme d'un célèbre chef d'orchestre, Lucia, accompagne son mari à Vienne ; elle découvre, fascinée, que le « portier de nuit » de son hôtel est un ancien S.S. qui en avait fait sa compagne forcée de jeux sadiques lorsqu'à 15 ans elle était prisonnière d'un camp d'extermination. Ils se retrouvent et renouent leur relation sadomasochiste. Revêtus de leur « uniforme » d'autrefois, de S.S. et de jeune fille, tous deux sont abattus par d'anciens compagnons nazis de Max, qui craignaient d'être trahis et mis au jour.

Commentaire

Le film visait, selon sa réalisatrice, à montrer un des crimes du nazisme : sa sollicitation du masochisme présent en chacun de nous. Mais la façon dont il le montrait pouvait en faire un roman-photo douteux, ramenant l'atroce réalité à une histoire de fantasmes et de « désir à assumer ». Rapproché du Lacombe Lucien de Louis Malle, à peu près contemporain, il fit l'objet d'une polémique qui dénonçait en lui une complaisance rétro et fétichiste pour le passé, transformé en matière romancée au lieu d'être analysé lucidement. Il fit aussi définitivement de Charlotte Rampling, révélée par les Damnés de Visconti, en 1969, une star internationale, mais qui aurait du mal par la suite à se sortir des rôles « vénéneux ».