En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nelly et M. Arnaud

Comédie dramatique de Claude Sautet, avec Emmanuelle Béart (Nelly), Michel Serrault (M. Arnaud), Jean-Hugues Anglade (Vincent), Claire Nadeau (Jacqueline), Françoise Brion (Lucie).

  • Scénario : Claude Sautet, Jacques Fieschi, Yves Ulmann
  • Photographie : Jean-François Robin
  • Décor : Carlos Conti
  • Musique : Philippe Sarde
  • Montage : Jacqueline Thiedot
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1995
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 46
  • Prix : César du meilleur réalisateur

Résumé

Un ancien juge d'outre-mer, M. Arnaud, engage pour taper ses Mémoires une jeune fille vivant de travaux précaires, Nelly. Peu à peu une relation étrange, passionnée et pudique, va s'établir entre le vieux bougon qui a nettoyé sa vie par le vide et la jeune fille qui n'arrive pas à remplir la sienne, ni professionnellement ni affectivement.

Commentaire

Gestes inachevés, questions à contretemps, réponses décalées… les personnages se frôlent, se croisent et restent dans leur solitude. Même quand une attraction plus forte que les autres semble devoir balayer mariages résiduels et amours contingentes, elle court en pointillé et se termine en points de suspension. On pourra y lire le face-à-face du vieil homme, qui connaît le poids du temps et le caractère infranchissable de la différence d'âge, et de la jeune fille, qui ne reconnaît d'autre loi que celle de son cœur. D'autres y verront une variation de l'éternel tango amoureux : « Si tu ne m'aimes pas, je t'aime et si je t'aime prends garde à toi. » Difficile de savoir si M. Arnaud retourne à ses arrangements conjugaux imparfaits, mais cimentés dans le temps, par peur de l'échec, par égard pour Nelly, ou par goût de la délectation morose. Claude Sautet a tellement entrecroisé les fils de la vérité psychologique de ses personnages qu'ils deviennent des personnes à part entière, ambiguës et complexes, avec lesquelles chacun peut se trouver des points d'adhérence.