En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Monsieur Arkadin Confidential Report ou Mr Arkadin ou Dossier secret

Confidential Report ou Mr Arkadin

Drame d'Orson Welles, avec Orson Welles (Gregory Arkadin), Robert Arden (Guy Van Stratten), Paola Mori (Raina Arkadin), Patricia Medina (Mily), Akim Tamiroff (Jacob Zouk), Michael Redgrave (Burgomil Trebitsch), Katina Paxinou (Sophie), Micha Auer (le dresseur de puces), Grégoire Aslan (Bracco), Peter Van Eyck (Thadeus), Suzanne Flon (baronne Nagel).

  • Scénario : Orson Welles
  • Décor : O. Welles
  • Photographie : Jean Bourgoin
  • Musique : Paul Misraki
  • Montage : Renzo Lucidi
  • Pays : Espagne, Suisse et France
  • Date de sortie : 1955
  • Durée : 1 h 36

Résumé

L'aventurier Guy Van Stratten, grâce aux confidences que lui a faites Bracco avant de mourir, se propose de faire chanter le puissant Arkadin, homme d'affaires international. Mais celui-ci, se prétendant amnésique, engage Van Stratten pour retrouver les témoins de son passé aux quatre coins du monde. Ce dernier s'aperçoit bientôt que ces témoins sont assassinés après son passage : Arkadin s'est servi de lui pour que sa fille ignore toujours ses crimes d'autrefois. Van Stratten sait désormais qu'il est le prochain sur la liste…

Commentaire

Exilé en Europe, loin de Hollywood, Orson Welles est l'auteur complet de ce film qui traite, dans un univers proche du roman noir, tous ses thèmes majeurs : le pouvoir, la corruption, le mensonge, la manipulation, la mémoire et le secret de la personnalité. Construit à coups de flash-back, empruntant comme Citizen Kane la structure de l'enquête, Monsieur Arkadin est un jeu de miroirs déformants et de pièges, dont la mise en scène multiplie les audaces baroques. Au centre de ce brillant exercice, l'auteur lui-même, en démiurge ambigu, a le charisme et la vulnérabilité d'un héros shakespearien.