En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Le fond de l'air est rouge

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Documentaire de Chris Marker, avec les voix de Simone Signoret, Yves Montand, François Périer, Jorge Semprun, Davos Hanich, Sandra Scarnati, François Maspéro, Laurence Cuvillier.

  • Scénario : Chris Marker
  • Photographie : C. Marker
  • Montage : C. Marker
  • Musique : Luciano Berio
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1977
  • Son : Couleurs et NB
  • Durée : 4 h

Résumé

Il s'agit d'un montage de documents, sorte de dossier brut, couvrant la période de 1967-1977, et divisé en deux parties.

1re partie : les mains fragiles.
Depuis la guerre du Viêt Nam jusqu'au festival d'Avignon 1968, en passant par la Chine, Cuba, Régis Debray et la mort du « Che ».

2e partie : les mains coupÉes.
De l'intervention russe en Tchécoslovaquie aux manifestations en Irlande, en passant par la fin de De Gaulle, le massacre de Munich, la déstalinisation, la mort de Pompidou, l'assassinat d'Allende, les fêtes de Persépolis…

Commentaire

La génération de 1968 faisait, comme celles qui l'ont précédée, de l'histoire sans le savoir. Un montage très habile et des interviews bouleversantes à tous égards, comme celle d'Allende par Régis Debray. Des documents étonnants, pour la plupart inédits. Tout cela pour un « film kaléidoscope », d'où l'on sort abasourdi d'avoir tant vécu en dix ans.