En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Le Christ s'est arrêté à Eboli

Cristo si è fermato a Eboli

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Film historique de Francesco Rosi, avec Gian Maria Volonté (Carlo Levi), Paolo Bonicelli (le podestat), Alain Cuny (baron Rotunno), Lea Massari (Luisa Levi), Irène Papas (Giulia), François Simon (don Trajella), Luigi Infantino.

  • Scénario : Francesco Rosi, Tonino Guerra, d'après le roman de Carlo Levi
  • Photographie : Pasqualino De Santis
  • Décor : Andrea Crisanti
  • Musique : Piero Piccioni
  • Montage : Ruggero Mastroianni
  • Pays : Italie
  • Date de sortie : 1979
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 15

Résumé

Le film se réfère étroitement au récit de Carlo Levi, illustre opposant intellectuel au fascisme qui fut exilé dans une petite ville « au sud d'Eboli » (l'expression proverbiale qui sert de titre rappelle la misère endémique de cette région).

Commentaire

Bien que la référence au sous-développement de l'Italie méridionale actuelle soit flagrante, Rosi apporte tout son soin à l'évocation implacable de l'extrême contradiction du fascisme, laissant en friche l'Italie pour « l'installer » comme Empire en Afrique. Il épouse d'autre part la méditation de Levi sur ce qui sépare un intellectuel des paysans et des ouvriers pour lesquels il entend cependant témoigner : à cet égard, l'écrivain tend un miroir au cinéaste, malgré la différence des générations. Peu spectaculaire, à peine dramatique, le film est une transposition réussie, grâce à l'excellence de la photo et à la parfaite direction d'acteurs quasi anonymes autour de quelques vedettes bien intégrées à une réflexion vivante.