En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

If

If

Comédie dramatique de Lindsay Anderson, avec Christine Noonan (la fille), Malcolm McDowell (Mick), David Wood (Johnny), Richard Warwick (Wallace), Hugh Thomas (Denson), Guy Ross (Stephan), Peter Jeffrey (le directeur), Mona Washbourne (l'infirmière), Robert Swann (Rowntree), Arthur Lowe (le surveillant), Graham Craowden (le professeur d'histoire), Geoffrey Chater (l'aumônier).

  • Scénario : John Hawlett, David Shervin, d'après son œuvre Crusaders
  • Photographie : Miroslav Ondricek
  • Décor : John Herbert
  • Musique : Marc Wilkinson et Sanctus de la Missa Luba
  • Montage : David Gladwell
  • Pays : Grande-Bretagne
  • Date de sortie : 1968
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 51
  • Prix : Palme d'or, Cannes 1969

Résumé

Analyse minutieuse du fonctionnement interne d'une public school et des méthodes d'éducation et de dressage destinées à transformer de simples potaches en dignes représentants et défenseurs de l'Establishment britannique. Trois d'entre eux rusent avec le système, le détournant en douceur jusqu'au jour où leur révolte tranquille devient une explosion de violence armée contre l'autorité.

Commentaire

Conçu avant les événements de mai 68, If n'est pas un film opportuniste. Par intuition et par intelligence, s'y profile la virtualité de la révolte estudiantine comme dans la Chinoise de Jean-Luc Godard, mais d'une tout autre façon. Si Lindsay Anderson met à mal l'absurdité et l'archaïsme du système éducatif des public schools, sa critique dépasse ce propos et bascule vers l'hypothétique passage à l'acte d'une jeunesse en colère contre toute structure de pouvoir. If eut un énorme succès public. En revanche, la critique – unanime à louer l'œuvre documentariste de Lindsay Anderson, champion du « Free Cinema » – s'est divisée sur ce film. Le même clivage entre détracteurs virulents et défenseurs acharnés se reproduisit en 1982 avec Britannia Hospital.