En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Guerre et Paix

War and Peace

Drame de King Vidor, avec Audrey Hepburn (Natacha Rostov), Henry Fonda (Pierre Bezukhov), Mel Ferrer (Andrei Bolkonsky), Anita Ekberg (Hélène).

  • Scénario : King Vidor, Bridget Boland, Robert Westerby, Mario Camerini, Ennio De Concini, Ivo Perilli, d'après le roman de Léon Tolstoï
  • Photographie : Jack Cardiff
  • Décor : Piero Gerardi
  • Musique : Nino Rota
  • Montage : Leo Catozzo, Stuart Gilmore
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1956
  • Son : couleurs
  • Durée : 3 h 28

Résumé

Les destins croisés de la famille Rostov et de la famille Bolkonsky. Natacha est amoureuse de l'amour, et le prince Andrei épouse sa sœur. Bezukhov, le timide ami des Rostov, épouse Hélène qui le trompe ouvertement. Il s'en moque car, au fond, il aime Natacha. La femme d'Andrei meurt et Bezukhov divorce. La guerre avec Napoléon commence, qui va bouleverser la vie de tout ce petit monde. Pierre et Natacha vont découvrir l'amour qu'ils ont l'un pour l'autre.

Commentaire

Le casting assez impropre du film et sa réduction narrative, bien qu'il soit très long, ne lui permettent pas d'être à la hauteur du roman, mais Vidor a fait mieux ici que tirer son épingle du jeu. Son invention visuelle est rarement en défaut et il dirige fort bien Audrey Hepburn. La bataille est ordonnée avec méticulosité tout en gardant un aspect parcellaire correspondant au regard « en retrait » de Bezukhov. Le passage de la Bérésina est un grand moment de cinéma pathétique, où l'on voit, dans un superbe travelling en traîneau, le regard de Napoléon devenir celui d'un enfant à qui on a pris son jouet et qui vient de comprendre qu'il vit dans un monde d'adultes.