En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Goodbye Mr Chips

Goodbye Mr Chips

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Chronique sentimentale de Sam Wood, avec Robert Donat (Mr Chips), Greer Garson (Katherine), Paul Henreid (Staefel), Terry Kilburn (John Colley, Peter Colley I, II, III).

  • Scénario : R. C. Sherriff, Claudine West, Erric Maschwitz, d'après le livre de James Hilton
  • Photographie : Frederick A. Young
  • Musique : Richard Addinsell
  • Pays : Grande-Bretagne
  • Date de sortie : 1939
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 1 h 54

Résumé

La vie d'un professeur de collège anglais, Mr Chipping surnommé Mr Chips, à la fin du xixe siècle. C'est un ours solitaire jusqu'à ce qu'il épouse la ravissante Katherine. Elle transforme sa vie par sa chaleur et sa joie de vivre. Chips devient alors très populaire auprès des écoliers. Après la mort de sa femme en couches, il se consacre entièrement à l'institution.

Commentaire

Les souvenirs d'école présents dans la mémoire de chacun expliquent en partie le succès du film. Robert Donat réalise un tour de force en jouant Chips de 24 à 83 ans, performance qui lui valut un Oscar l'année où Autant en emporte le vent les obtenait presque tous. Greer Garson, elle, débute au cinéma dans le rôle de la charmante Katherine. Le film joue sur le pittoresque britannique et sur la nostalgie. Le tournage eut lieu en partie dans un collège anglais et les figurants sont de vrais élèves. Quand Mr Chips entend le docteur se plaindre de n'avoir pas eu d'enfants, il dit, sur son lit de mort : « J'en ai eu des milliers et des milliers, tous des garçons ». Mais le film se termine sur une note juvénile ; un des élèves favoris de Chips regarde la caméra et dit « Goodbye Mr Chips, Goodbye ».