En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Forfaiture

The Cheat

Mélodrame de Cecil B. De Mille, avec Fanny Ward (Edith Hardy), Jack Dean (Richard Hardy), Sesshu Hayakawa (Aka Arakau), James Neill (Jones), Yutaka Abe (le valet d'Arakau), Dana Ong (l'avocat), Hazel Childers (Mrs. Reynolds).

  • Scénario : Hector Turnbull, Jeannie MacPherson, d'après le livre de Hector Turnbull
  • Photographie : Alvin Wyckoff
  • Décor : Wilfred Buckland
  • Production : Famous Players Lasky (Paramount)
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1915
  • Son : noir et blanc
  • Durée : environ 2 500 m (1 h 35)

Résumé

Une femme du monde emprunte à un riche Japonais l'argent d'un fonds de charité qu'elle a perdu en Bourse. Il la marque au fer rouge quand elle refuse de lui appartenir. Elle le blesse avec un pistolet. Son mari s'accuse à sa place. Il est acquitté triomphalement après l'aveu public de sa femme.

Commentaire

Une nouvelle syntaxe cinématographique

L'impact de Forfaiture sur les critiques et les cinéastes fut aussi important que celui de Citizen Kane en son temps : « la seule date qu'il faille retenir de l'histoire du cinéma depuis la Sortie des usines Lumière de 1895 », écrit Léon Moussinac. Le jeu de Sessue Hayakawa, la mise en scène de Cecil B. De Mille, l'éclairage d'Alvin Wyckoff et l'intrigue de Hector Turnbull, tous éléments novateurs, illustrent la façon dont Forfaiture est un des films qui ont ouvert la voie au cinéma hollywoodien.

À cette époque où les acteurs, souvent venus du théâtre, multiplient les gestes, la performance de Sessue Hayakawa fit sensation : « Cet artiste asiatique dont la puissante immobilité sait tout dire », selon Colette, « le premier tragédien de l'écran », pour Delluc. Hayakawa reprendra le rôle en 1937 sous la direction de Marcel L'Herbier qui fut aussi fortement impressionné par le film de Cecil B. De Mille.

De Mille filme principalement en plans moyens et américains. La durée moyenne des plans est relativement longue (12 s contre 7, 5 s pour Naissance d'une nation produit la même année). Les intertitres sont composés de dialogues sauf dans les premiers cartons d'introduction. La compréhension de l'intrigue est donc laissée au spectateur, sans autre indice, comme dans les films parlants… 12 ans plus tard.

Forfaiture révolutionnait l'éclairage par ses recherches sur le « Chiaroscuro » qui laisse une partie de l'image dans l'ombre. « Ces tentatives de rembrandtisme par quoi Forfaiture nous étonna » (Delluc). Une source lumineuse éclaire la scène sans lumière d'ambiance. Le contraste est d'autant plus important que la pellicule orthochromatique en usage à l'époque n'était pas très sensible. Cet éclairage qui permet de détacher une action de façon réaliste fut appelé par la suite « Lasky Lighting », d'après le nom du studio de production. Dans la prison, l'ombre des barreaux de la cellule se projette sur le visage de Richard Hardy. Celui de sa femme, à gauche du cadre, reste entièrement éclairé alors que c'est elle qui a commis le crime pour lequel il est emprisonné. De Mille utilise aussi de façon dramatique le décor de la maison du Japonais. Edith Hardy, aux abois, voit son mari en ombre chinoise de l'autre côté d'une cloison de papier et l'entend dire qu'il ne pourrait pas trouver d'argent, même pour sauver sa propre vie ! C'est sur ce même mur de papier blanc que Richard Hardy voit Aka Arakau s'écrouler en y laissant des traces de sang…

L'intrigue comporte un thème qui sera censuré par le futur Code Hays : une tentative de viol et de meurtre dans un contexte multiracial. Ces audaces fascinèrent les intellectuels français : « On admira la scène de voluptueuse violence où Sessue Hayakawa imprime son cachet brûlant sur l'épaule violée de Fanny Ward », écrit Louis Delluc.

Remakes du film réalisés par :

George Fitzmaurice.

  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1923
  • Durée : environ 2 400 m (1 h 29)

George Abbott.

  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1931
  • Durée : environ 1 h 18

Marcel L'Herbier, avec Victor Francen, Lise Delamare, Sesshu Hayakawa, Louis Jouvet, Ève Francis, Lucas Gridoux, Sylvia Bataille, Madeleine Sologne.

  • Pays : France
  • Date de sortie : 1937
  • Durée : 1 h 40