En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Et Dieu… créa la femme

Drame de Roger Vadim, avec Brigitte Bardot (Juliette), Curd Jürgens (Eric Carradine), Jean-Louis Trintignant (Michel Tardieu), Christian Marquand (Antoine Tardieu), Georges Poujouly (Christian Tardieu), Jane Marken (Mme Morin), Isabelle Corey (Lucienne), Jean Tissier (M. Vigier-Lefranc).

  • Scénario : Roger Vadim, Raoul J. Lévy
  • Photographie : Armand Thirard
  • Décor : Jean André
  • Musique : Paul Misraki
  • Montage : Victoria Mercanton
  • Pays : France
  • Date de sortie : 1956
  • Son : couleurs
  • Durée : 1 h 30

Résumé

Une jeune orpheline de dix-huit ans, Juliette, vit chez les Morin, couple sans enfants et propriétaires d'une librairie dans une petite station balnéaire de la Côte d'Azur, Saint-Tropez. Belle en toute innocence, elle est l'objet du désir de tous les hommes, du vieux Morin qui épie ses bains de soleil au riche armateur allemand Carradine. Juliette est amoureuse de l'aîné des frères Tardieu, Antoine, qui la considère comme une fille facile. Par dépit, elle épouse le cadet, Michel. Elle le trompe avec Antoine à la suite d'un accident de bateau et se réfugie chez Carradine ; les deux frères se battent. Michel tire un coup de revolver sur Carradine et le blesse, puis gifle Juliette avant de la ramener au bercail.

Commentaire

Ce mélodrame familial eut un succès retentissant lors de sa sortie, surtout aux États-Unis et dans les pays d'Amérique latine. L'intrigue principale est assez conventionnelle et on s'intéresse peu aux activités de Carradine. Par contre, Vadim impose avec Brigitte Bardot un nouveau type de femme moderne, libre des mouvements de son corps et de l'élan de ses désirs, à cent lieues des stéréotypes antérieurs du cinéma français.