En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Chien enragé

Norainu

Drame policier d'Akira Kurosawa, avec Toshiro Mifune (Murakami), Takashi Shimura (le commissaire Sato), Gen Shimizu (Nakashima, chef de la police), Yasushi Nagata (inspecteur chef Abe), Isao [ko] Kimura (Yusa, le voleur), Keiko Awaji (Harumi Nakimi, la danseuse).

  • Scénario : Akira Kurosawa, Ryuzo Kikushima
  • Photographie : Asakazu Nakai
  • Décor : So Matsuayama
  • Musique : Fumio Hayasaka
  • Pays : Japon
  • Date de sortie : 1949
  • Son : noir et blanc
  • Durée : 2 h 02

Résumé

Le jeune policier Murakami se fait dérober son revolver dans un tram, ce qui met son emploi en jeu. Il enquête pour retrouver l'arme, avec l'aide de son supérieur, Sato. Ils identifient le voleur, qui prend la fuite après avoir abattu Sato. Murakami, ivre de vengeance, le poursuit et le retrouve : c'est un pauvre homme, pitoyable, qui lui ressemble, mais n'a pas eu sa chance.

Commentaire

Influencé par le style du film noir occidental, Chien enragé est pourtant l'un des films les plus personnels de la première période de Kurosawa, celle qui précède Rashōmon et la consécration internationale. Au-delà de la trame criminelle, le film se lit comme la descente aux enfers de Murakami, le policier, à la recherche de son double. Une séquence magistrale nous le montre, déguisé en soldat, partant à la découverte des milieux interlopes de Tokyo, dans la moiteur estivale. Le jeu inquiet, révolté, du jeune Mifune est confronté à la lucide introversion de son aîné Shimura : deux acteurs fétiches du cinéaste, souvent réunis (l'Ange ivre, 1948 ; les Sept Samouraïs, 1957), reflétant deux attitudes face à la société, deux visions du monde. Seize ans plus tard, dans Barberousse, ce sera au tour de Mifune d'incarner le désarroi de la maturité devant les tourments de la jeunesse.