En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ben Hur

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des films ».

Film historique à grand spectacle de William Wyler, avec Charlton Heston (Ben Hur), Stephen Boyd (Messala), Jack Hawkins (Quintus Arrius), Cathy O'Donnelle (Tirzah), Martha Scott (Miriam), Haya Harareet (Esther), Hugh Griffith (Ilderius).

  • Scénario : Karl Tunberg, d'après le roman de Lew Wallace
  • Photographie : Robert Surtees
  • Musique : Miklos Rosza
  • Décor : Hugh Hunt
  • Montage : Ralph Winters, John Dunning
  • Pays : États-Unis
  • Date de sortie : 1959
  • Son : couleurs
  • Durée : 3 h 32
  • Prix : Oscars du meilleur film, du meilleur réalisateur (W. Wyler), du meilleur acteur (C. Heston), du meilleur acteur de second rôle (Hugh Griffith), de la meilleure photo (R.L. Surtees), de la meilleure musique (M. Rosza) 1959

Résumé

Dans Jérusalem occupée par les Romains, deux amis d'enfance se retrouvent, le tribun Messala et Ben Hur, issu d'une noble famille juive. Ben Hur, déporté aux galères pour la mort accidentelle du gouverneur, sauvera le Romain Quintus Arrius, devra affronter Messala dans une course de chars avant de retourner dans son pays pour retrouver sa mère et sa sœur atteintes de la lèpre. Jésus les guérira avant de mourir sur la croix.

Commentaire

Ce film, qui a nécessité 400 000 figurants, 4 mois de répétitions et 3 de tournage pour la seule séquence de la course de chars, a, malgré son énorme succès commercial, assez mauvaise réputation. C'est pourtant une réussite certaine, qui n'emploie pratiquement aucun des clichés du genre propres à Hollywood. Les scènes sur la galère sont pathétiques et le morceau de bravoure de la course de chars – 30 minutes – demeure un sommet spectaculaire dont l'horreur réaliste glace le sang.