En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Adieu ma concubine

Bawang Bieji

Drame psychologique de Chen Kaige, avec Leslie Cheung (Dieyi), Zhang Feng Yi (Xiaolou), Gong Li (Juxian), Lu Qi (Guan Jifa), Ying Da (Na Kun), Ge You (Maître Yuan).

  • Scénario : Lilian Lee, Lu Wai, d'après le roman de Lilian Lee
  • Photographie : Gu Changwai
  • Décor : Yang Yuhe, Yang Zhanjia
  • Costumes : Chen Changmin
  • Musique : Zhao Jiping
  • Montage : Pen Xiaonau
  • Pays : Taiwan, Hong-Kong et Chine
  • Date de sortie : 1993
  • Son : couleurs
  • Durée : 2 h 50
  • Prix : Palme d'Or, Cannes 1993

Résumé

En 1925, une prostituée confie son fils, Douxi, à l'école de l'Opéra de Pékin, qui en fera, au prix d'un apprentissage impitoyable, un grand chanteur spécialisé dans les rôles féminins, connu sous le nom de Dieyi. Son personnage de scène finit par marquer sa personnalité, et il est très affecté lorsque son ami de toujours, Xiaolou, s'éprend d'une belle prostituée qu'il finira par épouser. Malheureux en amour, Dieyi est ensuite victime des tourmentes qui secouent la Chine : invasion japonaise en 1937, arrivée des nationalistes puis des communistes, Révolution culturelle. Mis à l'index, il chantera une dernière fois avec son ami Xiaolou et se suicidera sur scène.

Commentaire

Une série de superbes morceaux de bravoure sur l'Opéra de Pékin et les temps forts de cinquante ans d'histoire chinoise. Ce ne serait qu'un (très bel) album d'images sur la Chine à l'usage des étrangers si le personnage pathétique de Dieyi ne venait le charger d'une rare qualité d'émotion : on vibre à l'unisson de cet artiste auquel le talent apporte à la fois la gloire, la solitude affective et le malheur. Ne pouvant être lui-même et heureux qu'en représentation, le suicide sur scène sera finalement pour lui le seul moyen de faire enfin se rencontrer la vie réelle et la vie jouée.