En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

éocène

bloc de grès en forêt de Fontainebleau
bloc de grès en forêt de Fontainebleau

Deuxième série du paléogène, succédant au paléocène et précédant l'oligocène, l'éocène se situe au cénozoïque, de – 56 à – 34 millions d'années (durée : 22 millions d'années). Il est divisé en quatre étages : l'yprésien, le lutétien, le bartonien et le priabonien.

Cette période du tertiaire est caractérisée par l'ouverture de la partie nord de l'océan Atlantique. Les premières étapes de la formation des chaînes alpines se manifestent.

L'ouverture de l'océan Atlantique et la naissance de l'Himalaya

La paléogéographie de l'éocène est très proche de la disposition actuelle des masses océaniques et continentales, à quelques détails près.

L'événement majeur est l'achèvement de l'ouverture de l'océan Atlantique commencée au crétacé. Cet océan sépare désormais l'Amérique et l'ensemble Afrique-Europe.

L'éocène est d'autre part une période d'intenses compressions.

L'Inde qui s'était séparée de l'Afrique (dérivant vers le nord – donnant naissance à l'océan Indien – elle avait fermé la Mésogée himalayenne) finit par entrer en collision avec la plaque asiatique. Cette rencontre provoque la surrection de la chaîne de l'Himalaya. Comme pour l'ouverture de l'océan Atlantique, le mouvement s'effectua à la vitesse moyenne de 2 à 5 cm par an, avec pour l'Himalaya une composante verticale du même ordre.

Vers l'ouest, le domaine mésogéen est le siège de l'affrontement entre d'une part l'Inde et le bloc africain, et d'autre part l'Eurasie. La collision provoque l'érection d'une chaîne montagneuse qui va de l'Iran aux Alpes internes. Le bloc de l'Apulie chevauche l'Europe. Le bloc ibérique poussé contre l'Aquitaine fait surgir les Pyrénées. Plus à l'ouest encore, à l'extrémité de la Mésogée, l'Amérique du Sud et l'Amérique du Nord sont soudées par l'isthme de Panama.

Des compressions Nord-Sud provoquent la surrection de la chaîne Pyrénéo-provençale, vers le milieu de l'éocène, puis le début de celle des Alpes. La fin de l'éocène est marquée par d'importants mouvements tangentiels (charriages).

Un important volcanisme andésitique se produit dans la ceinture orogénique péri-pacifique, succédant à l'orogenèse laramienne.

Pour en savoir plus, voir l'article histoire de la Terre.

Les animaux et les végétaux de l'éocène

Le climat à l'éocène est chaud et humide mais différencié. La caractéristique majeure de l'éocène au plan biologique est d'une part le développement des oiseaux, et d'autre part la suprématie des mammifères qui occupent toutes les niches écologiques.

Les formes de nutrition des mammifères se diversifient entre rongeurs, carnivores, insectivores, herbivores, omnivores. De même pour les formes de locomotion, on a à la fois les mammifères nageurs, coureurs, volants et grimpeurs.

Les marsupiaux se développent en Amérique du Sud, en Australie et en Antarctique, tandis qu'en Eurasie et en Amérique du Nord ils sont rapidement supplantés par les placentaires.

Dans le domaine marin épicontinental, le benthos est caractérisé par l'apparition de grands foraminifères, les nummulites, aux côtés des lamellibranches, gastéropodes et échinodermes qui poursuivent leur évolution vers les formes actuelles.

Dans le domaine continental, la flore est caractérisée par le développement des monocotylédones chez les angiospermes.

Les principaux groupes utilisés pour l'établissement des subdivisions stratigraphiques sont, pour la macrofaune, les mammifères, les gastéropodes et les lamellibranches. Parmi la microfaune, on utilise notamment les nummulites, les alvéolines ainsi que les orbitoïdidés (orthophragmines).