Identifiez-vous ou Créez un compte

whig

(anglais whig, abréviation de Whiggamores, nom donné aux insurgés écossais du XVIIe s.)

Membre du parti britannique de ce nom, qui soutint les droits du Parlement et des sectes protestantes contre l'autorité monarchique et les privilèges de l'anglicanisme.

Au milieu du xviie s., le mot « whig » avait été appliqué par les royalistes aux covenantaires écossais. Le terme fut repris en 1679-1680 par les légitimistes, qui l'appliquèrent aux partisans de l'exclusion du trône du futur Jacques II, tandis qu'eux-mêmes se faisaient traiter de tories. Ces termes désigneront désormais les deux partis. Les whigs, protestants et antiabsolutistes, prennent la part la plus active à la révolution de 1688-1689 et la succession hanovrienne de 1714 assure leur triomphe. Dirigé par une puissante oligarchie de grands propriétaires, le parti s'appuie sur de larges couches de la bourgeoisie, mais se divise au milieu du xviiie s. en multiples coteries. Sous l'influence de la Révolution française, une aile radicale se développe avec Fox, tandis que le reste du parti se rapproche du torysme. L'obstination du conservatisme aristocratique à ne pas vouloir tenir compte des profondes transformations économiques et sociales du royaume suscite, dans la bourgeoisie, une opposition qui revivifie le parti whig, qui obtient, en 1832, la première grande réforme électorale. Au milieu du xixe s., le parti whig, renforcé par le torysme dissident favorable au libre-échange, devient le parti libéral.