En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

vie

[dossier]

Génome humain
Génome humain

Résumé du dossier

Les êtres vivants se caractérisent par des activités spécifiques : lemétabolisme, qui consiste à puiser dans l’environnement les substances nécessaires à leur fonctionnement et à rejeter des déchets ou la reproduction, qui leur permet de se multiplier. En outre, ils se déplacent et colonisent des milieux, sont en contact avec le milieu extérieur (communication), et se maintiennent dans un état de fonctionnement relativement constant malgré les changements du milieu où ils se trouvent (adaptation). Pourtant tout ce qui bouge n’est pas vif (le feu par exemple, qui pourtant symbolise dans la mythologie la vie volée aux dieux par les hommes) et inversement, les virus isolés hors de la cellule infectée ne sont que des objets sans activité autonome ; pourtant, ils possèdent leur propre information génétique et, quand ils parasitent une cellule, ils deviennent capables de se reproduire. La cellule est l’unité de base du vivant : tous les êtres vivants sont constitués d’au moins une d’elle. Elle est le niveau fondamental d’organisation du vivant, dont la biosphère constitue le niveau ultime et le plus complexe (l’exobiologie n’ayant pas encore établi d’existence de vie au-delà de celle-ci). La vie est et a une histoire : l’évolution en est le mécanisme initié il y a 3,8 milliards d’années. La plupart du temps chaque cellule donne naissance à de nouvelles cellules dotées de caractéristiques identiques, mais parfois, au niveau des individus et des espèces, se produisent des modifications (mutations) qui donnent lieu à des adaptations au milieu et sont à l’origine de nouvelles espèces. Les fossiles témoignent de ces évolutions. Les organismes vivants ont une durée de vie limitée. Hormis les unicellulaires, qui se reproduisent à l’identique en se divisant, ils naissent, croissent, vieillissent, connaissent une fin (mort). Entre la conception de la vie réduite à des propriétés cellulaires et celle d’un principe vital irréductible aux lois de la physique et de la chimie, on trouve autant de définitions de la vie que de façons de se positionner par rapport à elle. « La vie provient de la vie », nous dit en somme la biologie moderne, qui la conçoit comme une continuité d’interactions assurée par les cellules, les organes et les tissus.