En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

télomère

Extrémité d'un chromosome.

Les télomères sont constitués par l'association d'ADN et de protéines spécifiques, présentes aux extrémités des chromosomes eucaryotes. Ces structures sont des éléments essentiels pour la stabilité du génome car elles protégent les chromosomes d'éventuelles fusions de leurs extrémités. La corrélation entre le processus du vieillissement cellulaire (sénescence) et la perte progressive de ces extrémités au cours des réplications successives de l'ADN est aujourd'hui établie par les biologistes.

Les télomères au cours de la division cellulaire

Avant de se diviser au cours de la mitose, la cellule doit répliquer la totalité de son ADN. Cependant, le complexe enzymatique qui assure cette fonction, l’ADN polymérase, rencontre des difficultés à répliquer les extrémités des chromosomes. En effet, les télomères, constitués chez les vertébrés par la séquence répétitive TTAGGG, ne peuvent être complètement répliqués. C’est l'amorce d'ARN nécessaire à la synthèse du fragment d'Okazaki terminal (à l'extrémité d'un chromosome) par l'ADN polymérase cellulaire qui est finalement dégradée, causant ainsi la perte de séquences à chaque division cellulaire.

La mort cellulaire

Afin de pallier ce problème, source d’instabilité, une enzyme, la télomérase (un complexe ribo-nucléoprotéique) permet l'élongation et la conservation de la taille des télomères. Or cette enzyme-clé n’est pas produite naturellement dans la majorité des cellules à l’état adulte. La télomérase n’est active que dans les cellules « jeunes », dites germinales, ainsi que dans les cellules cancéreuses. Ainsi, dans les autres lignées cellulaires, dites somatiques, le raccourcissement des télomères à chaque division est inéluctable, les altérations chromosomiques se multiplient et provoquent, à terme, la mort naturelle de la cellule (apoptose).