En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

thallium

(anglais thallium, du grec thallos, jeune pousse, parce que le thallium donne, dans le spectre, une raie verte)

Métal qui se trouve dans certaines pyrites. (Élément chimique de symbole Tl.)

Découvert par W. Crookes en 1861, au moyen de l'analyse spectrale, dans les boues de fabrication de l'acide sulfurique, et isolé l'année suivante par le chimiste Claude Lamy (1820-1878), le thallium doit son nom à la belle couleur verte de sa raie spectrale caractéristique.

Le métal a la couleur et la malléabilité du plomb, mais s'apparente chimiquement aux métaux alcalins. Il s'altère à l'air et à l'eau, pour donner l'hydroxyde soluble TlOh, s'unit à chaud aux halogènes et au soufre et forme avec les différents acides des sels toxiques. Il est monovalent dans les composés thalleux, comme l'hydroxyde TlOH, le chlorure TlCl, le sulfate Tl2SO4, et trivalent dans les composés thalliques, tels que TlCl3, Tl2(SO4)3, moins stables que les précédents.

Le thallium s'extrait de certaines pyrites ou s'obtient comme sous-produit de la fabrication de l'acide sulfurique, à partir de son sulfate. Le sulfure de thallium est employé dans la fabrication de cellules photoélectriques pour radiations infrarouges. Les halogénures de thallium entrent dans la fabrication de systèmes optiques transparents à l'infrarouge.

Les sels de thallium lèsent les glandes endocrines et le système nerveux, provoquant des troubles digestifs, moteurs et sensitifs, une polynévrite, des troubles graves du comportement (encéphalopathie) et une alopécie secondaire.