En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

terrasse

Replat, souvent recouvert de dépôts fluviatiles, qui correspond à un ancien fond de rivière sur les versants d'une vallée.

GÉOMORPHOLOGIE

Les terrasses sont d'origines diverses : marine, fluviatile, glaciaire, de nature rocheuse ou alluvionnaire (morainique).

Les terrasses se forment sous l'effet de phases successives de remblaiement et de creusement.

Trois facteurs principaux commandent la formation des terrasses : les oscillations climatiques, qui entraînent des modifications dans le système d'érosion et dans le rapport existant entre la charge et le débit des cours d'eau ; les variations du niveau de base dues à l'eustatisme, qui, en cas d'abaissement du niveau marin, déclenchent des vagues d'érosion régressive, entaillant les anciennes plaines alluviales ; enfin, les déformations tectoniques.

Les terrasses marines soulignent d'anciens niveaux de la mer où se sont produits un remblaiement (accumulation argileuse, sableuse ou graveleuse) et, peut-être, une érosion par les vagues (terrasse d'abrasion).

Les terrasses fluviatiles sont le plus souvent alluvionnaires ; elles résultent de changements des processus de sédimentation du cours d'eau et supposent une période de dépôt au cours de laquelle une plaine alluviale s'est constituée, suivie d'une période d'érosion, pendant laquelle la rivière s'est enfoncée dans ses propres alluvions. Les terrasses étagées sont des terrasses échelonnées les unes au-dessus des autres et séparées par des affleurements intermédiaires du substratum. Ces modifications ont pu se produire plusieurs fois, donnant naissance à des terrasses emboîtées. Les terrasses emboîtées sont des terrasses qui ne sont séparées par aucun affleurement du substratum, les alluvions de la terrasse supérieure descendant plus bas que le sommet de la terrasse venant immédiatement au-dessous. La reprise des processus d'érosion est due à plusieurs causes : abaissement du niveau de base, changement du régime des cours d'eau par modifications climatiques ou par déforestation de certaines parties du bassin d'alimentation, déformations tectoniques, etc.

Cependant, pour les terrasses fluvio-glaciaires, le facteur climatique est capital. À la périphérie d'un glacier, de nombreuses terrasses peuvent prendre naissance, appuyées sur des moraines ou sur le glacier lui-même (terrasses de kame). Plus que les rivières, les glaciers sont capables de tailler des terrasses en pleine roche ; ces terrasses d'érosion sont beaucoup moins plates que les terrasses de remblaiement. Elles sont dues à la présence de roches tendres au versant d'une vallée ou à des emboîtements successifs de vallées glaciaires de plus en plus encaissées.