En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

symbole

(latin symbolum, du grec sumbolon, signe)

LITTÉRATURE

Le symbole, à moins qu'il ne devienne allégorie, n'est pas immédiatement lisible, et appelle comparaison et interprétation. Il se fixe ainsi une double qualité de l'objet littéraire : d'une part, recueil de figures, d'autre part, système herméneutique,divisé en plans d'interprétation. L'œuvre devient une exacte récollection du sens, possible à raison de l'ambivalence. Elle justifie la discrimination d'Aristote entre muthos et logos, parce qu'elle échappe à l'alternative logique de l'équivoque et de l'univoque, caractéristique de l'argumentation. Le symbole marquerait le véritable remembrement du langage, et assimilerait la pratique discursive, suivant la remarque de Humboldt, à une prosopopée : ce par quoi toute donnée externe deviendrait donnée interne au sujet, dans la communauté du langage. L'arbitraire du signe linguistique n'interdit pas la précise cohésion de la lettre et du monde.

Cette cohésion peut être extrême, ainsi du Moyen Âge et du transcendantalisme, et faire de la littérature une parole de l'Être, cependant soumise à des procédures de codification et de signification. Il se place ici un paradoxe : la parole de l'Être suppose, par l'apparentement de deux unités de même niveau, un conventionnalisme. Aussi, une littérature proprement symbolique ou symboliste est-elle une littérature de la réécriture et du topos, livrée aux indices du sens qu'elle retravaille. Le symbole s'offre comme un signe-objet, repris dans le mot et son jeu, et capable de faire passer en lui-même le mouvement des choses et du sens suivant une loi. Hors de cette loi, l'œuvre peut sortir du conventionnalisme ; elle réclame une conscience créatrice originale, dessinée par le romantisme allemand : conscience totalisante et constamment lisante dans une activité d'apparentement propre, qui, au vrai, ruine la symbolisation stricte pour entrer dans une pratique générale de la métaphore, identifiée à une manière de création absolue. Plus remarquable a été l'usage du symbole par les symbolistes, qui, jamais sortis du conventionnalisme, l'ont perverti dans l'indicible par une pratique de la connotation réglée. Le symbole, équivoque, recèle l'ambiguïté de l'entreprise littéraire qui, exploitant le langage, révèle le sens et cependant le crée.