En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sikhisme

Gurdwara
Gurdwara

L'une des quatre grandes religions de l'Inde fondée, à la fin du xve s., au Pendjab par Guru Nanak.

Le canon du sikhisme, l'Adi Granth, repose sur le principe de l'existence d'un seul Dieu créateur, sans forme et au-delà de la compréhension humaine. Cette religion est née d'une fusion des aspects mystiques de l'islam (soufisme) et du vishnouisme (bhakti). Mais la composante hindoue domine. Les gourous historiques ont été au nombre de dix depuis Nanak, le dernier, Govind Singh (Gobind Rai), étant mort en 1708. Depuis cette époque, l'Adi Granth fait l'objet d'un culte exclusif et il est considéré comme le « gourou vivant ». Les sikhs ont atténué le système des castes hindoues. Ils reconnaissent trois groupes : les agriculteurs, les non-agriculteurs et les intouchables. Le rite principal est celui de l'admission parmi les Khalsa, fraternité des « purs », généralement célébré lors de la puberté. Du temps de Govind Singh, les Khalsa s'organisent militairement et prennent le surnom de Singh (« lion »). Au cours des xviiie et xixe s., ils arrachent divers territoires aux Afghans et aux Pathans. Leur chef, Ranjit Singh, étend sa domination jusqu'à la passe de Khaybar et sur tout le Cachemire. Sa succession est marquée par de nombreuses luttes de clans, qui facilitent l'instauration de l'administration britannique en 1849.

Les sikhs se joignent massivement au mouvement de libération de Gandhi. Au moment de la partition de l'Inde, ils se trouvent en nombre égal dans les territoires indien et pakistanais, mais leur violente hostilité envers les musulmans les contraint à se regrouper en Inde. Ils obtiennent, en 1966, la constitution d'une province panjabi, où ils sont légèrement majoritaires, et qui a pour capitale Chandigarh. Le vaste mouvement d'opposition qui se développe au Pendjab autour du parti autonomiste sikh, l'Akali Dal, est réprimé militairement en 1984 (assaut de l'armée indienne contre des extrémistes sikhs retranchés dans le Temple d'or d'Amritsar, leur sanctuaire le plus sacré), ce qui entraîne, par contrecoup, l'assassinat d'Indira Gandhi. Depuis, les éléments les plus durs poursuivent la lutte, mais, dans leur grande majorité, les sikhs professent une religion fidèle à son idéal originel d'égalité, de service et de tolérance.