En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

sélénium

Non-métal de la colonne VI B du tableau périodique, présentant des analogies avec le soufre. (Élément de symbole Se.)

  • Numéro atomique : 34
  • Masse atomique : 78,96
  • Point de fusion : 217 °C
  • Masse volumique : 4,79 g/cm3

Le sélénium a été découvert en 1817 par J. J. Berzelius dans des résidus de préparation de l'acide sulfurique. Il dégage une odeur nauséabonde, brûle dans l'air, ne réagit pas avec l'eau mais avec les bases et l'acide nitrique. Il est toxique par inhalation et ingestion. À l'état naturel, on le trouve sous une forme cristalline argentée (état stable) et sous l'aspect d'une poudre rouge (réactive). On l'obtient habituellement comme sous-produit du raffinage du cuivre, du plomb ou du nickel.

Sous l'effet de la lumière, le sélénium devient conducteur de l'électricité. Cette propriété lui vaut d'être utilisé pour la fabrication de cellules photoélectriques, de cellules photovoltaïques (photopiles) ainsi qu'en xérographie. Il sert aussi à colorer le verre en rouge.

Par ailleurs, c'est un oligoélément indispensable à l'organisme, aux propriétés antioxydantes, qui semble conférer une protection contre certains cancers.