En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

rock alternatif

La Mano Negra
La Mano Negra

Mouvement apparu en France à partir de 1980, qui, dans la lignée libertaire de mai 1968 et du punk, refuse la « récupération » des majors du disque et fédère groupes (Les Béruriers Noirs), labels (Boucherie Production) et structures associatives (Paris-Barrock). (Victime du rap et de la techno, il ne survit pas à la décennie suivante.)

MUSIQUE

Création

Ce mouvement qui fit couler tant d'encre au milieu des années 1980 prend ses racines dans l'après Mai 1968.

L'attitude alternative commence par l'écriture de chansons engagées et contestataires. L'aventure se poursuit lorsqu'il s'agit de les présenter au public ! Et si le « circuit des MJC » permet de faire connaître de nouveaux talents, ceux-ci ne peuvent s'exprimer sur vinyle qu'après la création de labels comme Crypto, Mélusine, Virgin, Island, qui démarrent tous avec une structure et des moyens très réduits. Cependant, la multiplication des petits magasins de disques, parfois associés à des lieux de rencontre (maisons de quartier, clubs, boîtes de nuit ou cafés-théâtres), change peu à peu cette tendance jusqu'à créer un véritable marché où la chanson et le rock se nourrissent l'un de l'autre.

Le mouvement punk

Il déferle alors sur toute l'Europe et suscite une nouvelle génération de labels qui, tout en s'occupant de leur propre distribution comme New Rose ou Celluloïd en France, se posent comme ultime rempart contre l'opération de récupération menée par quelques grandes compagnies.

Dès le début des années 1980, autour du groupe-phare Bérurier noir, se multiplient les initiatives pour réduire le prix des concerts et celui des disques. On voit ainsi apparaître en France, comme ailleurs, des associations à vocation alternative : en région parisienne, ParisBarRock, Rockàlusine, les labels Bondage, Boucherie Productions, Just'In, et tant d'autres qui se basent à Lyon, Bordeaux, Brest, Angers, Toulouse, Lille, ou Marseille.

Pour en savoir plus, voir l'article punk.

Récupération

Une fois de plus, les grosses compagnies essaient de rattraper le mouvement en créant (ou en s'alliant avec) des sous-structures qui, apparemment, n'ont pas de rapports avec elles. Offrant plus de moyens pour enregistrer ou tourner, elles finissent par arriver à détourner certains groupes, parfois même des labels, de leur vocation première. Les plus grosses ventes des groupes issus de la mouvance alternative ont atteint jusqu'à 650 000 exemplaires pour la Mano Negra (Puta's Fever), 520 000 pour les Négresses vertes (Mlah) et 85 000 pour Pigalle (Regards affligés). Dès la fin des années 1980, la brusque montée du rap, du hip-hop, de la techno-pop et du raggamuffin précipite les choses… La mouvance alternative semble bien, dans les années 1990, être retournée à la marginalité, même si l'on suit avec intérêt l'initiative, début 1995, de Jimmy Jay, compagnon de route de MC Solaar, qui lance un label indépendant, Sentinel Nord, diffusé par Wotre musique.