En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

radioélément

Élément chimique dont tous les isotopes sont instables.

Les radioéléments sont les éléments de numéro atomique supérieur à 83, le technétium (43) et le prométhéum (61). Les sources primaires de radioéléments naturels sont les minerais d'uranium et de thorium. Les isotopes 235 et 238 de l'uranium, ainsi que l'isotope 232 du thorium, sont les parents de trois familles radioactives aboutissant par désintégrations successives aux isotopes stables du plomb. Une quatrième famille, qui débute au neptunium 237 et se termine au bismuth 209, a été obtenue artificiellement. Les autres radioéléments sont tous synthétisés, soit par irradiation neutronique de l'uranium ou du plutonium, soit par réactions nucléaires par particules chargées. Les éléments de numéro atomique supérieur à 100, de période très courte, ne peuvent être préparés qu'en quantités infimes.

MÉDECINE

De nombreux radioéléments sont utilisés en médecine nucléaire. Les plus courants sont le technétium (99mTc), le thallium (201Tl), l'iode radioactif (123I, 125I et 131I), le gallium (67Ga et 68Ga), l'indium (111In) et le fluor (18F). Un radioélément est parfois utilisé seul mais, le plus souvent, il est lié à une molécule complexe. Il en permet la détection grâce au rayonnement qu'il émet, faisant ainsi fonction de « marqueur » de la molécule, qui est dite « marquée ».

Utilisation diagnostique et thérapeutique

En médecine, les radioéléments sont des médicaments appelés radiopharmaceutiques. Ils sont utilisés en imagerie médicale (scintigraphie), dans les traitements (radiothérapie interne vectorisée) et dans certaines techniques d'analyse des prélèvements biologiques (radioanalyse). Ils sont aussi employés dans les dispositifs de traitement par irradiation tels que la cobaltothérapie (souvent improprement appelée bombe au cobalt).