En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

protectionnisme

Système consistant à protéger l'économie d'un pays contre la concurrence étrangère au moyen de mesures tarifaires (droits de douane) et non tarifaires (quotas, contingents, normes, subventions à l'exportation).

Les méfaits du libre-échange

Le protectionnisme, doctrine des mercantilistes au xviiie s., connut un regain d'activité à la fin du xixe s. S'en inspire notamment le néomercantilisme, qui consiste, en s'appuyant sur la théorie keynésienne, à encourager les exportations pour agir sur l'emploi. Depuis les années 1970, on a vu se mettre en place, dans certains secteurs économiques, des mesures de protection parfois déguisées contre les dangers d'une concurrence internationale ou de la mondialisation. On parle alors de « néoprotectionnisme ».

Les principes doctrinaux

Dans la doctrine protectionniste, il est de l'intérêt d'un pays de développer ses forces productives. Ainsi, il apparaît nécessaire de protéger les entreprises « dans l'enfance » – selon l'expression de l'économiste F. List, qui a développé l'idée d'un « protectionnisme éducateur » – de la concurrence étrangère.

La protection rationnelle des industries est un facteur de sauvegarde et de création d'emplois, grâce au développement des forces productives – qu'elle favorise – et au régime industriel qu'elle permet de constituer. Elle doit aussi permettre de maintenir la stabilité des salaires et d'éviter une déperdition de capital et de travail grâce à l'utilisation sur place des matières premières. Enfin, elle est le moyen le plus sûr d'assurer la puissance et l'indépendance économique d'un pays en lui conférant la maîtrise de son marché intérieur.

Quant au consommateur, le système protectionniste prétend ne pas le sacrifier : sans doute, il peut y avoir cherté, mais elle est momentanée. En outre, on ne saurait prétendre que le produit étranger continuera d'être offert au bas prix d'origine. Selon les protectionnistes, le droit protecteur ne produit donc pas nécessairement un renchérissement, mais il peut prévenir une trop nette baisse des prix.