En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

prolepse

(bas latin prolepsis, du grec prolêpsis, de prolambanein, devancer)

Procédé syntaxique consistant à placer dans la principale un terme qui devrait se trouver dans la subordonnée (par exemple la phrase Tu as vu ce type comme il est grand). [Synonyme : anticipation.]

RHÉTORIQUE

La prolepse est un procédé qui consiste à isoler un terme au début d'une phrase, par une pause, et à la reprendre au moyen d'un pronom ou d'un adverbe. (« À Lyon, je n'y passerai pas cette fois. ») Elle est aussi une anticipation dans laquelle le narrateur évoque un moment postérieur à celui qui fait l'objet de sa présente énonciation. Gérard Genette remarque que le récit à la première personne, du fait de son caractère rétrospectif, se prête mieux à l'anticipation que la fiction traditionnelle d'un narrateur supposé découvrir l'histoire à mesure qu'il la raconte. (« Bien des années après, j'ai vu le mécanisme de ce qui se passa alors dans mon cœur et, faute d'un meilleur mot, je l'ai appelé “cristallisation” », Stendhal, Vie de Henri Brulard.) L'éloquence judiciaire a fait un usage abondant de la prolepse sous la forme de la réfutation anticipée (on prévient l'objection pour la réfuter par avance). On appelle attribut proleptique l'adjectif qui indique comme contemporain d'une action ce qui en est le résultat : « il abat les flots calmés » (on dit aussi que cet adjectif a une valeur prégnante).

→ rhétorique, figure