En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

presse

Presse à balancier
Presse à balancier

Machine composée essentiellement de deux plateaux susceptibles de se rapprocher par commande mécanique ou hydraulique, pour comprimer ce qui est placé entre eux.

MÉCANIQUE

Les presses à commande mécanique sont constituées par un bâti supportant les organes de commande du coulisseau et soutenant la matière à travailler. Organe mobile animé d'un mouvement de va-et-vient, le coulisseau, guidé par des glissières, vient appuyer la matière en général enserrée dans un outil, constitué par une matrice fixée sur le bâti et un poinçon solidaire du coulisseau. Un embrayage transmet au coulisseau le mouvement circulaire donné par un volant. La presse dite à excentrique, à simple effet, est utilisée pour les petits travaux faciles d'exécution. La presse à manivelle ou à genouillère est utilisée pour des travaux lourds. Lorsqu'on désire effectuer des travaux d'emboutissage profond, on emploie une presse à course non limitée, dite libre. Le balancier à friction fait partie de cette catégorie de machines. Le coulisseau est solidaire d'une vis tournant dans un écrou fixé dans le bâti.

Dans les presses à commande hydraulique, le coulisseau est fixé à l'extrémité d'un piston se déplaçant dans un cylindre solidaire du bâti. Le fluide moteur est de l'huile minérale ou de l'eau. On peut alors atteindre des poussées de l'ordre de 5 000 à 15 000 t et plus, avec une bonne progressivité de l'effort.

La presse dite à filer, appelée également presse à extruder, permet, en comprimant à froid ou à chaud des métaux ou des matières plastiques à travers une filière, d'obtenir rapidement des barres ou des pièces de profil compliqué.

MONNAIES

Une presse monétaire, conçue spécialement pour la frappe des monnaies, comprend essentiellement : un bâti ; un coulisseau, animé d'un mouvement alternatif, auquel est fixé un des deux coins ; une table où est logée la virole ; un tas qui supporte l'autre coin ; enfin, un mécanisme d'alimentation et d'extraction. La cadence de production peut atteindre 450 pièces par minute.