En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

position

(latin positio, -onis, de ponere, poser, établir)

Positions de la danse académique (pieds)
Positions de la danse académique (pieds)

Dans la danse classique, chacune des cinq différentes manières (le néoclassique en compte sept) de poser les pieds au sol et de placer les bras dans l'espace, les uns par rapport aux autres.

CHORÉGRAPHIE

Aux cinq positions fondamentales des pieds (en-dehors), codifiées à la fin du xviie s. par P. Beauchamp, se sont ajoutées des positions de bras correspondantes au xixe s. Formant l'enseignement de base de la danse classique et le point de départ de tous les mouvements chorégraphiques, les cinq positions se définissent de la façon suivante.
– Première position : les talons sont joints, les jambes tendues, les pieds ouverts à 180°, parallèles à la ligne des hanches ; les bras, placés en avant au niveau de la taille, forment un arrondi.
– Deuxième position : les pieds sont sur la même ligne, mais écartés (un pied et demi environ) ; les bras sont ouverts à l'horizontale, les paumes de main tournées ver le sol.
– Troisième position : les pieds, conservant la même direction, sont placés de telle sorte que le pied droit est ramené devant le pied gauche (le talon droit venant se placer au milieu du pied gauche) ; le bras gauche reste dans la deuxième position, le bras droit forme un arrondi au-dessus de la tête.
– Quatrième position : les pieds, séparés par un intervalle de trois demi-pieds, sont croisés l'un derrière l'autre, latéralement ; le bras gauche se met en première position et le bras droit en troisième position.
– Cinquième position : les pieds sont également croisés, mais très serrés, pointes et talons opposés devant se toucher ; les bras sont levés en couronne au-dessus de la tête.

Serge Lifar, au milieu du xxe s., a introduit une sixième et une septième position (pieds parallèles).