En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

polder

(néerlandais polder)

Polders de l'IJsselmeer
Polders de l'IJsselmeer

Terre gagnée sur la mer, plus rarement sur des eaux intérieures (lacs, marais, etc.), endiguée, drainée et mise en valeur.

GÉOGRAPHIE

C'est aux Pays-Bas que la technique des polders s'est développée et a connu les plus grands perfectionnements. Certains sont conquis sur les côtes basses par endiguement des surfaces exceptionnellement recouvertes par la mer. Ils sont extrêmement répandus, surtout le long des rivages des pays tempérés, et représentent le type de polders le plus ancien.

D'autres polders ont été créés par assèchement de marais et de rives de fleuves ou de lacs. Ils comportent à la fois une digue de protection contre la mer ou contre les crues brutales, et des installations de drainage et de pompage, destinées à éliminer les eaux intérieures. Les polders les plus importants et les plus récents sont conquis sur la mer, à la fois par endiguement et par pompage ; tel est le cas de l'IJsselmeer.

Les polders posent de délicats problèmes de mise en valeur. Le dessalement des atterrissements littoraux endigués s'effectue rapidement dans les climats humides, sous l'action de la végétation et de l'eau de pluie (un an dans le Wash [Angleterre] suffit pour préparer une prairie). Dans les polders marins asséchés par pompage, la mise à sec n'est effectuée qu'après transformation de l'ancienne étendue d'eau salée en lac d'eau douce, et un drainage profond, effectué par des fossés rapprochés, facilite l'évacuation des eaux chargées de sel. Divers procédés sont utilisés pour ameublir et améliorer le sol : le défonçage des horizons supérieurs, qui permet de faire remonter des particules d'argile ; la plantation d'espèces à racines profondes et l'ensemencement en bactéries des premières cultures pour accélérer le développement de la vie microbienne. Enfin, la lutte antipaludéenne a toujours été associée à la poldérisation.

Le drainage des eaux infiltrées à travers les digues et les écluses, et des eaux de pluie en excès se fait par un réseau de fossés et de rigoles aboutissant à des collecteurs. Dans les cas les plus simples, l'évacuation est assurée à travers une vanne à clapets (à marée basse par exemple), mais, le plus souvent, le pompage – par moulins à vent, autrefois, puis par pompes à moteurs Diesel ou électriques – permet de diriger le trop-plein dans des plans d'eau servant de réservoirs. De tels plans d'eau servent aussi, en période sèche, à l'alimentation en eau douce, par utilisation, en sens inverse, du réseau de fossés et des canaux de drainage. En dehors des Pays-Bas, des polders ont été aménagés notamment en France (anciens marais côtiers de Vendée, de Saintonge, des Flandres, etc.), en Italie (Toscane, Latium, Vénétie), en Espagne (Andalousie), au Portugal, au Japon, en Égypte, etc.