En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

paysage

Camille Corot, l'Église de Marissel, près de Beauvais
Camille Corot, l'Église de Marissel, près de Beauvais

Peinture, gravure ou dessin dont le sujet principal est la représentation d'un site naturel, rural ou urbain.

BEAUX-ARTS

Les débuts d'une tradition

L'histoire de la peinture de paysage est intimement liée à l'évolution du sentiment de la nature. Le paysage a joué un rôle important dans la peinture décorative dès l'époque romaine. Le Moyen Âge l'ignora, si ce n'est sous une forme symbolique (fresques du palais des papes à Avignon). La renaissance du genre ne se produisit qu'au xvie s., avec les fonds de paysages des miniatures (frères Limbourg) et des panneaux religieux (Italie, Flandre). Le paysage cultivé pour lui-même apparut avec Patinir et Bruegel le Vieux.

Les principales écoles

Le xviie s. fut une époque florissante pour le paysage de nature historique (notamment chez C. Lorrain) ou de tendance réaliste (les Néerlandais Van Goyen, Ruisdael, Hobbema, Van de Velde, etc.). L'Italie donna, au xviiie s., les vedute (vues) de Canaletto et de Guardi.

L'école anglaise du paysage reste l'une des plus illustres, avec Gainsborough, puis Constable et Turner au xixe s. La France eut les paysagistes de l'école de Barbizon et les peintres impressionnistes, qui élargirent le thème au paysage urbain. Van Gogh et Gauguin renouèrent avec le paysage symbolique. Cézanne fit entrer le paysage dans une époque clé de la peinture moderne.

Au xxe s., avec le land art, l'artiste se livre à des expériences qui créent les conditions d'une nouvelle symbiose entre l'homme et la nature.