En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

papyrus

(latin papyrus, du grec papuros)

Papyrus
Papyrus

Souchet (cypéracée) à grosse souche rampante, à tige nue, triangulaire au sommet, qui atteint la grosseur du bras et s'élève à 2,50 m et 3 m.

Le papyrus dans l’Égypte antique

Le papyrus (Cyperus papyrus) est une espèce de cypéracées d'Afrique, de Madagascar et de la vallée du Nil, qui pousse jusqu'en Sicile. Jadis cultivée pour ses tiges et ses racines comestibles et surtout pour sa moelle, le papyrus a servi, en Égypte, de support de l'écriture à partir de 2500 avant J.-C. La moelle de la plante était découpée en bandelettes minces entrecroisées, collées, pressées, puis séchées. L'écriture apparaissait sur le côté intérieur. Le papyrus constitua un support léger, maniable, idéal pour les textes administratifs, les comptes, les lettres, les textes juridiques ou médicaux. Il entraîna l'apparition du hiératique, cursive dérivée de l'hiéroglyphique. Les Grecs et les Romains utilisèrent également ce « papier égyptien ».

Les papyrus égyptiens célèbres

Parmi les principaux papyrus conservés se trouvent le papyrus Rhind (ou papyrus Ahmès), datant de la XVe dynastie (fin de la IIe période intermédiaire, vers 1680-1620 avant J.-C.), découvert à Thèbes en 1858 dans les ruines d'un petit monument proche du Ramesseum par l'égyptologue écossais Alexander Henry Rhind. Entré dans les collections du British Museum en 1863, ce papyrus, écrit en hiératique et constitué d'un seul rouleau de 5,4 m de long, large de 32 cm, est l'une de nos sources principales pour la connaissance des mathématiques dans l'ancienne Égypte. Le papyrus Rhind fut copié sous le règne du pharaon hyksos Apopi Ier (XVe dynastie, vers 1680-1620 avant J.-C.) par un scribe inconnu du nom d'Ahmose (ou Ahmès), probablement le premier mathématicien dont le nom soit parvenu jusqu'à nous ; Ahmès, qui ne prétend pas être l'auteur de ce traité, affirme qu'il n'a fait que retranscrire des documents antérieurs, datant du règne du pharaon Amenemhat III (1842 -1797 avant J.-C.), eux-mêmes recopiant des documents encore plus anciens (datant peut-être du temps d'Imhotep, vers 2650 avant J.-C. ?). Également remarquables, le papyrus royal de Turin (musée de Turin), rédigé sous Ramsès II (vers 1290 avant J.-C.), listant tous les souverains ayant régné sur l'Égypte, le papyrus Harris (British Museum), écrit sous Ramsès IV, le plus long exemplaire connu avec ses 41 mètres.