En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

orchidacée

Orchidée
Orchidée

Plante monocotylédone, souvent épiphyte, caractérisée par la forme complexe de ses fleurs, parfois très ornementales (orchidées), et par ses graines minuscules. (Synonyme : orchidée.)

Les orchidées sont essentiellement représentées par la famille des orchidacées, dont la fleur comporte une étamine et un pistil à trois stigmates. Seul un petit nombre d'espèces se distingue par une fleur à deux ou trois étamines. Avec plus de 20 000 espèces, les orchidées constituent l'un des plus grands groupes de plantes à fleurs. Elles sont cosmopolites, mais 85 % des espèces sont tropicales. De nombreux genres sont cultivés à des fins ornementales, tels Phalaenopsis, Oncidium, Cattleya, Vanda, Brassia, Dendrobium, etc.

Biologie et écologie

Les orchidées sont des plantes herbacées, vivaces, terrestres ou poussant sur d'autres plantes sans les parasiter (épiphytes). Les orchidées terrestres possèdent, selon le genre, un organe souterrain sous la forme d'un tubercule annuel ou un rhizome (tige souterraine) et des racines fibreuses. La formation d'un tubercule, ou tubérisation, est une réaction de la plante à la pénétration d'un champignon dans les premières racines (mycorhize). En milieu tempéré, les orchidées occupent les prairies, les alpages, les landes ou les forêts. Dans les régions tropicales, elles vivent en savane ou dans les sous-bois. Quelques-unes, comme la vanille, sont des lianes.

Les racines des orchidées sont produites sur la tige à proximité des feuilles. Ces dernières sont simples, le plus souvent ovales ou lancéolées, possédant une gaine qui entoure la tige à leur base.

Reproduction et germination

Les fleurs, solitaires ou disposées sur une inflorescence, possèdent trois sépales en forme de pétales et trois pétales vrais, dont la pièce médiane constitue le labelle.

Les animaux qui assurent le transport du pollen d'une fleur à une autre (pollinisation) sont variés : abeilles, mouches, papillons, oiseaux, etc. Certains insectes sont attirés par des substances sécrétées par les fleurs, proches des hormones animales ou phéromones, mais aussi par la forme, la couleur, la pilosité du labelle, qui mime l'abdomen de leur partenaire sexuel. D'autres visitent les fleurs pour leur nectar, leurs papilles, leurs cires ou leurs poils glanduleux. Il existe aussi des cas d'autofécondation chez certaines orchidacées à très petites fleurs. Dans ce cas, c'est le pollen d'une fleur qui féconde les ovules de la même fleur.

La dissémination des nombreuses graines minuscules (de 0,3 à 0,5 mm de long) est assurée généralement par le vent. La germination n'est possible qu'en présence de certains champignons, qui envoient des filaments dans l'embryon ; celui-ci y puise vitamines et protéines indispensables.