En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

océan

(latin Oceanus)

Variation du niveau des mers
Variation du niveau des mers

Vaste étendue du globe terrestre couverte par l'eau de mer. (On précise océan mondial lorsqu'il s'agit d'envisager l'ensemble de l'eau océanique considérée comme un système énergétique ayant des interfaces avec les milieux solides [fonds] et gazeux [surface]. En sont exclues les « mers » Caspienne, d'Aral, Morte, qui sont en réalité des lacs.)

Localisation et superficie

Les océans jouent un rôle dans l'équilibre naturel de la Terre, notamment comme réservoir thermique, proportionné à leur étendue et à leur volume, qui sont considérables. Cinq océans principaux (Atlantique, Pacifique, Indien, Austral et Arctique) couvrent la majeure partie de l'océan mondial. Avec les mers ouvertes, ils couvrent près de 71 % de la surface terrestre (361 millions de km2) et renferment 1 322 millions de km3 d'eau. L'océan Pacifique, entre l'Asie, l'Océanie et l'Amérique, occupe à lui seul près de la moitié de la superficie océanique totale (180 millions de km2), loin devant l'océan Atlantique, entre l'Europe et l'Amérique (106 millions de km2) et l'océan Indien, entre l'Afrique, l'Asie du Sud et l'Australie (75 millions de km2).

Les océans

Les océans

Océan

Superficie

Profondeur maximale

Température moyenne annuelle (zone chaude)

Température moyenne annuelle (zone tempérée)

Température moyenne annuelle (zone froide)

Salinité moyenne

Atlantique

92 millions de km2

9 225 m

21 °C

13 °C

3 °C

36,5 g/l

Pacifique

180 millions de km2

11 022 m

27 °C

12 à 17 °C

2 à 4 °C

35 g/l

Indien

75 millions de km2

7 450 m

28 °C

22 °C

 

36,5 g/l

Antarctique

19,9 millions de km2

8 428 m

 

8 °C

– 1 à 3 °C

34,7 g/l

Arctique

14 millions de km2

5 449 m

 

 

4 °C

33 g/l

Méditerranée

2,5 millions de km2

5 093 m

 

18 °C

 

38,5 g/l

Le planisphère montre une répartition très inégale : l'océan mondial est légèrement plus étendu (53 %) que les terres émergées dans l'hémisphère Nord, alors qu'il occupe près de 90 % de la surface dans l'hémisphère Sud.

Au cours des dernières décennies, l'exploitation traditionnelle des océans (pêche, navigation) a été localement renouvelée par l'exploitation de l'énergie (hydrocarbures).

L'eau de mer

L'eau marine (qui représente 97,5 % de toute l'hydrosphère) se caractérise d'abord par sa salinité, généralement comprise entre 33 et 37 ‰. Elle contient beaucoup de gaz inertes, mais aussi de l'oxygène (diffusé en profondeur par les courants), des particules minérales et organiques qui lui donnent une fertilité variable. Par sa composition, l'eau de mer a une densité (de 1,02 à 1,03) légèrement supérieure à l'eau douce.

Elle se distingue de l'ensemble des autres liquides connus par ses propriétés physico-chimiques (salinité, température, densité), son dynamisme, dû à l'action de facteurs variés (courants produits par les vents, le champ de densité ; ondes entretenues par l'attraction planétaire ou l'atmosphère), et par sa fertilité, alimentée par la présence de nutriments dans la zone supérieure éclairée (photosynthèse).

Les fonds océaniques

Révélés depuis la seconde moitié du xxe s., les fonds océaniques regroupent les reliefs les plus vastes et les plus fortes dénivellations (fosses) connues. Ils sont accidentés par de gigantesques chaînes de montagnes sous-marines, les dorsales, qui s'allongent sur des milliers de kilomètres et forment des reliefs continus et escarpés. Toutes les profondeurs comprises entre les marges continentales ont un soubassement fait de croûte océanique formée, essentiellement, de basalte.

Selon l'hypothèse de l'expansion des fonds océaniques, les dorsales sont le lieu où se forme la croûte océanique basaltique, par remontée de magma provenant du manteau terrestre sous l'effet de mouvements de convection en profondeur. Le contact avec le substratum continental des marges est marqué par un épais remblaiement sédimentaire (glacis continental des marges passives) ou souligné par une structure plongeante dans le manteau terrestre (zone de subduction des marges actives). Les fonds sont tapissés de sédiments dont la variété de types et d'épaisseur dépend des changements climatiques, de l'érosion continentale, de l'activité des zones productives, de l'efficacité des courants sur le fond et du déplacement des plaques lithosphériques.

Pour en savoir plus, voir l'article océanographie.