En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

nématode

(grec nêmatôdês, semblable à des fils)

Anguillule
Anguillule

Ver némathelminthe cylindrique ou effilé, aquatique ou parasite, tel que l'ascaris. (Les nématodes forment un sous-embranchement.)

On a décrit plus de 15 000 espèces de nématodes, mais on estime qu'il en existe entre 500 000 et 1 million. Ils appartiennent au vaste groupe des vers ronds ou némathelminthes.

Ils sont en général gonochoriques (les sexes sont séparés) et montrent souvent un dimorphisme sexuel : les mâles sont plus petits et portent des spicules copulateurs. La reproduction sexuée s'effectue après une fécondation interne. Le tégument des nématodes est dépourvu de cils et leurs spermatozoïdes n'ont pas de flagelles. Chaque organe possède un nombre constant de cellules, caractéristique de l'espèce.

Ayant colonisé tous les milieux, les nématodes ont une importance écologique considérable. Libres et se nourrissant de matière organique, ils peuvent dépasser le nombre de 3 millions d'individus par mètre carré dans les plaines fertiles, et celui de 10 millions dans certains estuaires.

De nombreuses espèces sont parasites des plantes et des animaux. Une quarantaine parasitent l'homme, provoquant des troubles de gravité variable : irritations (oxyure), réactions allergiques (ascaris), tumeurs (filaire responsable de l'onchocercose, ou cécité des rivières), éléphantiasis, c'est-à-dire gonflement des tissus (filaire de Bancroft), etc.

Un nématode, Caenorhabditis elegans, dont l'étude scientifique a débuté dans les années 1960, a considérablement fait progresser les connaissances sur les processus de vieillissement, de mort cellulaire et de développement embryonnaire. On a entièrement séquencé son génome dès 1998.