En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

noyau

Ondes sismiques
Ondes sismiques

Partie centrale du globe terrestre, caractérisée par la disparition des ondes sismiques transversales (notées S), située sous le manteau, de 2 900 km de profondeur jusqu'au centre de la Terre.

GÉOLOGIE

Historique et composition du noyau terrestre

C’est en 1912 que le sismologue allemand Beno Gutenberg (1889-1960) identifie une « zone d’ombre » à la surface de la Terre où aucune onde P issue d’un séisme situé à une distance angulaire comprise entre 105 et 142° n’est détectée (→ sismologie). Il localise ainsi la limite entre le manteau et le noyau à 2 900 km (discontinuité de Gutenberg).

Le noyau représente 16,5 % du volume terrestre.

En 1926, le britannique Harold Jeffreys (1891-1989) en déduit la nature liquide du noyau. Puis, en 1936, la sismologue danoise Inge Lehmann (1888-1993) identifie un noyau externe liquide et un noyau interne ou « graine » solide de 1 250 km d’épaisseur. La discontinuité qui les sépare est située à 5 100 km.

Sa densité comprise entre 10 et 14, l’étude des météorites métalliques (sidérites) et des calculs déduits de la composition globale supposée de notre planète sont autant d'éléments qui permettent de supposer que le noyau est essentiellement formé de fer et de nickel.

La température du noyau a été réévaluée en 2013 grâce aux performances du faisceau de rayons X du Synchrotron européen de Grenoble (ESRF) : il y ferait entre 3 800 °C et 5 500 °C selon la profondeur.

L'origine du géomagnétisme ?

L’origine du fonctionnement de la « dynamo » terrestre responsable du magnétisme terrestre reste discutée. Les mouvements internes du noyau terrestre seraient dus aux oscillations de l’axe de rotation de la Terre et/ou aux différences de température entre le centre et la surface de la planète (convection thermique). Découvertes par le géophysicien français Bernard Brunhes (1867-1910) en 1906, les inversions du champ magnétique terrestre (→ paléomagnétisme) s’expliquent par un changement du sens de rotation de la graine dans le noyau liquide (la dernière inversion s’étant produite il y a 780 000 ans).