En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

moelle épinière

Localisation de la moelle épinière
Localisation de la moelle épinière

Partie du système nerveux central située dans la colonne vertébrale, jouant d'une part un rôle de centre nerveux responsable de certains réflexes, et d'autre part un rôle de conduction des messages entre les nerfs qui lui sont rattachés et l'encéphale.

NEUROLOGIE

La moelle épinière est logée à l'intérieur de la colonne vertébrale, qui la protège. En son centre se trouve un canal rempli de liquide, le canal de l'épendyme. Comme le cerveau, elle est entourée de trois membranes, les méninges : la pie-mère, la dure-mère, l’arachnoïde.

Anatomie

Substance blanche et substance grise

La moelle épinière est constituée de deux substances d’aspect différent : la substance grise, au centre, et la substance blanche, à l’extérieur. La substance grise est principalement formée de corps cellulaires de cellules nerveuses (neurones). La substance blanche est faite de faisceaux verticaux de fibres myélinisées (ces fibres sont des axones, prolongements de neurones, entourés d’une gaine de myéline) ; les uns sont ascendants, les autres descendants.

Cornes antérieures et postérieures

Si l’on observe une coupe transversale de moelle épinière, la disposition de la substance grise de part et d'autre du canal de l'épendyme est symétrique ; sa forme est généralement comparée à celle d’un papillon, ou d’un H (la lumière du canal occupant la barre horizontale du H, ou le corps du papillon). Chaque « aile » présente une corne ventrale (dirigée vers l’abdomen) et une corne dorsale (du côté du dos).

De chaque côté, chaque corne se prolonge en-dehors de la moelle par un faisceau de fibres appelé racine. La corne ventrale donne naissance à la racine antérieure, et la corne dorsale à la racine postérieure. La racine postérieure porte un renflement, le ganglion rachidien.

De chaque côté de la moelle, les racines se rassemblent deux par deux (une antérieure et une postérieure) pour former un nerf spinal, qui émerge de la colonne vertébrale. Les nerfs spinaux, au nombre de 31 paires réparties le long de la colonne, définissent des segments médullaires.

Fonction

La moelle épinière a pour rôle le transport d’influx nerveux. Jouant un rôle central dans le système nerveux, elle est le point de départ de nombreuses fibres nerveuses qui innervent les différents organes du corps, et assure le relais entre ces organes et le cerveau.

Dans la substance blanche, les voies nerveuses ascendantes (faisceaux de Goll et de Burdach, faisceau spinothalamique, faisceaux spinocérébelleux dorsal et ventral) sont des voies sensitives : elles conduisent les informations relatives à la perception de l’environnement vers les centres supérieurs (tronc cérébral, cervelet, cerveau). Les voies nerveuses descendantes (voie pyramidale et voies extrapyramidales) sont des voies motrices : elles conduisent les influx moteurs provenant des centres supérieurs.

Dans la substance grise, la racine postérieure conduit l'influx nerveux depuis les organes périphériques jusqu'aux centres nerveux. La racine antérieure, ou ventrale, conduit l'influx nerveux des centres nerveux vers les organes périphériques et, en particulier, vers les muscles : c'est une racine motrice. À chaque racine correspondent des territoires déterminés d'innervation de la peau et des muscles, des articulations et des viscères. Une partie de la substance grise a un fonctionnement autonome : elle assure les réflexes (dans ce cas, les informations liées à la perception ne sont pas conduits au cerveau mais traitées par la moelle épinière, qui répond par une action réflexe).

Exploration et pathologie

La moelle épinière peut être explorée par scanner, imagerie par résonance magnétique (I.R.M.), ponction lombaire, électromyographie et myélographie (cette dernière est de moins en moins pratiquée, remplacée dans ses indications par l'I.R.M., plus précise et moins invasive). La pathologie de la moelle épinière comprend les compressions (tumeurs), les infections (méningites), les accidents vasculaires (hémorragie, thrombose), les traumatismes, les tumeurs, les carences en vitamine B12 et les affections inflammatoires (sclérose en plaques). Une section de la moelle épinière est irréversible ; elle entraîne une tétraplégie (paralysie des quatre membres) en cas de section à hauteur du rachis cervical, une paraplégie (paralysie des membres inférieurs) en cas de section à hauteur du rachis dorsal.

Voir : compression médullaire, myélographie, nerf rachidien, substance blanche, substance grise.