En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

maqam

Les cavaliers attendent la fête
Les cavaliers attendent la fête

LITTÉRATURE ARABE

Le terme arabe maqam désigne initialement en arabe la « place du marché », lieu de rassemblement où des conteurs récitent ou improvisent des histoires pour l'édification ou l'amusement du public. Par extension, maqam (au pluriel maqamat), en est venu à désigner un genre littéraire, constitué par un style de récits en prose assonancée, produits d'une improvisation pleine de virtuosité, mêlant les prouesses rythmiques et phonétiques.

Ce genre, créé par al-Hamadhani (968-1008) fut porté à son point d'aboutissement chez al-Hariri (1054-1122).

De laborieuses traductions de ces « séances » ont été tentées à diverses époques, sans jamais épuiser les richesses d'un genre qui, faisant appel à tous les raffinements de la langue arabe, a nécessité, même en arabe, d'infinis commentaires pour tenter d'en élucider toutes les allusions et les préciosités.

Destinés au plaisir du lecteur, les maqamat, dont le fil conducteur est l'humour, sont le plus souvent composés d'un dialogue entre le narrateur et un héros principal (Abou-l-Fath al-Iskandari chez al-Hamadhani, Abou Ziyad al-Sarouyi chez al-Hariri) qui se promène dans le monde et rapporte ses diverses aventures ; ces récits, entrecoupés çà et là de courts poèmes rimés, sont l'occasion de portraits ironiques de divers types humains, d'anecdotes prises sur le vif, dans la vie quotidienne du monde arabo-musulman du Moyen Âge.

Les maqamat furent un genre également apprécié dans la littérature judéo-arabe médiévale, où, après le Livre des divertissements de Yosef ibn Zabar (fin du xiie s.), il fut illustré par le célèbre Takhemoni de Yehuda al-Hariri (v. 1165 - v. 1225).

MUSIQUE ARABE

En musique, le terme maqam, après avoir désigné le lieu où se tient le musicien pour faire de la musique, en est rapidement venu à désigner un mode propre à la musique arabe et, par extension, l'évolution des sentiments liés à ce mode, puis une forme modale d'improvisation.

Les théoriciens soufis ont élaboré une psychologie extrêmement raffinée décrivant les « séances » (maqamat) et les « états » (ahwal) de la progression mystique vers l'union avec Dieu. Les séances sont les divers niveaux ascendants que le mystique peut progressivement atteindre par ses propres efforts, au prix d'une grande discipline ; les états sont des grâces données par Dieu lorsque le mystique a atteint la limite de ses propres possibilités spirituelles.