En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

malthusianisme

Thomas Robert Malthus
Thomas Robert Malthus

Ralentissement volontaire de la production économique.

Dans son Essai sur le principe de population de 1798, Malthus constate : la population croît en progression géométrique (1, 2, 4, 8, etc.), et double ainsi tous les vingt-cinq ans, alors que la production des subsistances nécessaires à l'alimentation humaine n'augmente qu'en progression arithmétique (1, 2, 3, 4, etc.). Il présente alors l'augmentation de la population comme un danger pour la survie du monde et préconise la réduction du taux de natalité.

Les obstacles à la croissance démographique

Selon Malthus, ces obstacles sont de deux ordres : l'obstacle destructif et l'obstacle préventif.

L'obstacle destructif est consécutif à la généralisation de la pauvreté, à celle de la famine ou aux guerres que peuvent se livrer les États dont les ressources sont insuffisantes pour faire face à l'augmentation de leur population.

L'obstacle préventif repose sur cette forme de « contrainte morale » qu'imposent la chasteté et le mariage tardif. Malthus condamne le contrôle des naissances, qu'il estime contraire aux lois de Dieu ; mais l'homme et la femme ne doivent s'unir qu'à partir du moment où ils sont à même de subvenir à leurs propres besoins et à ceux de leur descendance.

Les évolutions de la doctrine

Malthus se montra également réticent à l'assistance aux populations défavorisées, parce que celle-ci ne peut qu'encourager la natalité. Mais, dans les éditions ultérieures de son Essai (il y en eut six jusqu'à 1826), il nuança son pessimisme. Il expliqua alors que la seule forme utile de solidarité sociale résidait dans le développement de l'instruction, qui permettait aux hommes de mieux se rendre compte que l'augmentation de la population était source de misère. Il voulait aussi encourager l'épargne populaire et l'importation de denrées alimentaires en provenance de pays dont la production agricole est en excédent.

Le malthusianisme continua d'évoluer grâce à ceux qui préconisèrent l'emploi des méthodes contraceptives, conduisant au néomalthusianisme, apparu vers 1880. C'est surtout en Grande-Bretagne, puis aux États-Unis et dans les pays scandinaves que celui-ci s'est propagé.