En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

légion

(latin legio, -onis, de legere, assembler)

Légionnaire romain
Légionnaire romain

Corps de troupes de l'armée romaine.

HISTOIRE

À l'origine, la légion romaine représente l'armée dans son ensemble et est uniquement formée de citoyens auxquels Servius Tullius aurait assigné des fonctions militaires en rapport avec leurs richesses, en raison de la nécessité pour chacun de s'équiper. Les guerres de plus en plus lointaines et difficiles entraînent l'augmentation continuelle du nombre des légions (une vingtaine à la fin du iiie s. avant J.-C.). Celles-ci sont divisées en manipules, et les légionnaires sont répartis en trois lignes, selon l'âge et l'armement : la première, les hastati, la deuxième, les principes, et la troisième, les triarii. Le manipule est formé de deux centuries commandées chacune par un centurion et renforcées par un corps de vélites (infanterie légère). À chaque légion est joint un corps de 300 cavaliers. Les tribuns militaires, élus par les comices, commandent chacun à 1 000 hommes environ. Le commandement suprême est détenu par un magistrat possédant l'imperium.

Marius transforme le mode de recrutement en 108 et fait appel à tous les volontaires. Les plus pauvres s'enrôlent en masse ; c'est le début d'une armée de métier. La légion atteint 6 000 hommes, et l'armement devient plus uniforme. À dater d'Auguste, le commandement en chef est réservé à un legatus legionis d'ordre sénatorial, représentant l'empereur. Les tribuns subsistent sous ses ordres. Les officiers les plus importants demeurent les centurions, qui sont hiérarchisés, le primipile occupant le sommet. Auguste crée le préfet des camps, chargé du gouvernement du camp fixe qui devient vite une véritable ville. Les légions sont alors affectées de façon permanente à certaines provinces.

De 25 au début de l'Empire, le nombre des légions passe à 30 (Marc Aurèle) puis à 33 (Septime Sévère). Leur recrutement est assuré essentiellement par les provinciaux volontaires qu'attirent la solde et le droit de cité romaine accordé au bout de 20 ans de service. Les soldats assurent la construction et l'entretien des limes, qui protègent les frontières de l'Empire. Au Bas-Empire, la légion est un corps d'armée parmi d'autres. Légionnaires, auxiliaires et autres constituent des « unités » (numeri).