En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

instrument à vent

Flûtes
Flûtes

Instrument de musique dont le son est formé grâce aux vibrations d'une colonne d'air. Appelés aérophones par les organologues, les instruments à vent comprennent les bois et les cuivres.

Le son que produisent les instruments à vent provient de la vibration de l'air sur la longueur d'une tubulure ou autre cavité fermée. Cette vibration peut être engendrée de plusieurs façons : soit le joueur souffle à travers un trou exigu (comme dans le cas des flûtes), soit il fait vibrer une anche (comme dans le cas des instruments de bois de l'orchestre ou du grand orgue), soit le mouvement des lèvres du joueur produit un son bourdonnant (comme cela se passe pour les cuivres), soit, moins fréquemment, la mise en vibration provient directement de l'air ambiant (c'est le cas des « aérophones fonctionnant à l'air libre », qui sont pour la plupart des instruments anciens ou folkloriques).

Les bois et les flûtes

La flûte traversière commune fait partie en réalité de la grande catégorie d'instruments en forme de tuyau, tenus à la main, dans lesquels on souffle et qui sont désignés par le nom générique de « flûtes ». Les doigts recouvrent des trous disposés le long du tuyau, à intervalles de tons, afin de faire varier la longueur de la colonne d'air en vibration.

Dans la flûte d'orchestre, un mécanisme de tampons de clés sert à recouvrir les trous, à ventiler l'instrument et à étendre son registre. Les autres bois de l'orchestre possèdent des systèmes de clés similaires, mais sont des spécimens de tuyaux à anche. La clarinette et le saxophone comprennent une anche battante plate simple en roseau, qui vibre contre le bec, tandis qu'une anche battante double recourbée est utilisée pour le hautbois et le basson. Les cornemuses, les chalumeaux et les cromornes du Moyen Âge et de la Renaissance émettent un son quelque peu nasal, qui sert de modèle au son produit par la plupart des instruments à anche battante double.

Les cuivres

Les précurseurs les plus anciens des cuivres étaient, comme le schofar, des cornes d'animaux et des coquilles. Les lèvres du joueur d'instrument de la famille des cuivres fonctionnent comme des anches doubles, mais, en variant la contraction des muscles de la lèvre, le joueur peut produire des sons différents harmoniquement liés, qui résonneront à l'intérieur du tuyau.

Depuis le xve s., avec le trombone, on peut obtenir encore d'autres tons au moyen d'un mécanisme à glissement permettant de faire varier la longueur du tuyau. Mais trompettes, cors, tubas et leurs ancêtres ne pouvaient produire qu'un nombre limité de tons, jusqu'à l'introduction des cylindres au début du xixe s.

La forme extérieure et la composition du résonateur sont en général moins importantes pour la qualité tonale des instruments à vent que la source de vibration et la forme intérieure (perce) de la cavité d'air. Les instruments à calibre cylindrique comprennent la clarinette, la trompette et le trombone. Les perces coniques (dont une extrémité est plus grande que l'autre) existent dans le hautbois, le saxophone, le cor et le tuba.