En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

industrie

(latin industria, activité)

Ensemble des activités économiques qui produisent des biens matériels par la transformation et la mise en œuvre de matières premières ou de produits déjà élaborés.

Les caractéristiques de l'industrie

Les activités industrielles

La gamme des activités relevant de l'industrie est très large. On les divise généralement en trois grands ensembles. Le premier regroupe les industries extractives. Le deuxième rassemble les activités liées à la construction et aux travaux publics. Enfin toutes les autres industries sont appelées industries manufacturières. Leur caractéristique est de réaliser une étape importante dans le processus de production d'un bien matériel à partir d'un élément qui a déjà été travaillé par l'homme. Il existe plusieurs types de classification organisant l'ensemble des activités industrielles, mais c'est la nomenclature internationale élaborée dans le cadre de l'O.N.U. qui est la plus utilisée.

Les facteurs de localisation industrielle

Au stade du développement économique actuel, dont l'une des spécificités est la mondialisation, ce sont de très grandes entreprises, souvent multinationales, qui dominent la production industrielle, de l'extraction minière à la production des multiples biens de consommation courante. Ces entreprises mobilisent des capitaux énormes et organisent la production à l'échelle mondiale, en fonction de leur logique de développement propre, opérant des concentrations, des fusions et des délocalisations pour réduire le coût de la main-d'œuvre. Les objets manufacturés peuvent être produits, partie par partie, dans des lieux différents, transportés pour assemblage, achevés et conditionnés, puis transportés de nouveau sur les lieux de consommation. Parallèlement, les transports ont connu un développement incessant depuis les années 1950, notamment les transports maritimes, avec l'apparition des conteneurs, l'augmentation de la taille des navires, les progrès de la manutention et de la logistique, mais aussi les transports routiers, aériens et ferroviaires. Par ailleurs, les oléoducs et gazoducs se sont multipliés. Le coût du transport a considérablement baissé et ne compte plus que pour une très faible part dans le prix de revient d'un produit.

Les espaces industriels

Les villes ou régions industrielles, où espaces d'habitation et espaces industriels s'interpénètrent, sont de moins en moins nombreuses. Aujourd'hui, en Europe occidentale, les espaces industriels sont situés le plus souvent en périphérie des villes. Cependant, dans la seconde moitié du xxe s., plusieurs types d'espaces industriels nouveaux ont vu le jour. C'est le cas des grandes zones industrialo-portuaires, en relation avec les transports maritimes des produits énergétiques et miniers : Fos-sur-Mer et Dunkerque en France, les rivages de la mer intérieure au Japon, par exemple. Des districts industriels se sont également développés, caractérisés par la concentration de petites entreprises spécialisées, travaillant dans le même domaine, ouvertes à la coopération et à l'innovation, comme celui de la région de Prato, pour le textile, en Italie, près de Florence. Ont été créés également des technopôles, où les activités de recherche sont très proches des applications industrielles. Les zones franches industrielles se sont aussi multipliées. Sur ces zones, le pouvoir d'État renonce aux taxes, voire accorde des subventions, en contrepartie de la création d'emplois. La région mexicaine voisine de la frontière des États-Unis, l'île Maurice, une partie du port de Dubayy, les zones économiques spéciales de Chine en sont des exemples.

Les pôles industriels

Les plus grands pôles

Trois ensembles puissants réalisent la majeure partie de la production industrielle mondiale : l'Europe occidentale, l'Amérique du Nord, l'Asie orientale, mais, aujourd'hui, le phénomène industriel touche à des degrés divers pratiquement tous les pays du monde.

En Europe, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et l'Italie sont les pays dominants, autour de secteurs forts : chimie, biens d'équipement industriels, verre, caoutchouc, agroalimentaire et de secteurs fortement exportateurs : sidérurgie, automobile, matériel ferroviaire, industrie aéronautique et spatiale.

En Amérique du Nord, dans l'ensemble Canada-Mexique-États-Unis, les États-Unis sont la première puissance industrielle du monde. Ils représentent 80 % de la valeur ajoutée industrielle de l'ensemble nord-américain. Cette situation tient à la conjonction de plusieurs facteurs : démarrage précoce de la révolution industrielle, abondance de ressources naturelles, vaste marché intérieur solvable, existence d'une classe d'entrepreneurs très actifs.

L'Asie orientale est devenue plus récemment un pôle industriel majeur. C'est un vaste ensemble très hétérogène. Le Japon a développé son industrie à la fin du xixe s. en faisant appel aux meilleurs spécialistes étrangers. Il a créé des géants industriels, devenus des multinationales. Les pays surnommés « les quatre dragons » : Hongkong, Singapour, Taiwan et la Corée du Sud ont commencé leur décollage industriel dans les années 1970.

La situation de la Chine est singulière. Grande puissance, refermée sur elle-même pendant une longue période, elle s'est ouverte à partir de 1977, sous l'impulsion de Deng Xiaoping, pour devenir le plus important atelier du monde. Son essor est soutenu par un très vaste territoire, la première population du monde ainsi que par une diaspora très active, sans compter l'attraction qu'exerce sur les investisseurs des pays développés l'ouverture du plus grand marché mondial. Elle est déjà en première position mondiale pour certains produits, même si, dans nombre de cas, sa contribution dans le processus de production n'intervient que pour l'assemblage. Elle est devenue l'un des acteurs majeurs du développement industriel. Son impact est extrêmement fort sur ses partenaires et sur l'économie mondiale.

Les autres pôles

L'ensemble des pays de l'Europe orientale et de l'ex-U.R.S.S. formait le bloc socialiste, régi par une économie planifiée et organisée dans le cadre d'un capitalisme d'État. Il constituait, au milieu des années 1980, un pôle industriel majeur, environ 20 % de la valeur ajoutée manufacturière mondiale. Il a éclaté à partir de la dissolution de l'Union soviétique en 1991. L'évolution industrielle de ses composantes est contrastée : les pays qui ont intégré l'Union européenne connaissent des reprises notables tandis que les pays de la C.E.I. sont encore dans une situation incertaine.

L'Inde, qui tient le second rang mondial par sa population, s'est industrialisée à partir de la seconde moitié du xixe s., mais est restée tournée longtemps uniquement vers son marché intérieur. Depuis les années 1990, le rythme de progression de l'activité industrielle s'est accéléré et demeure soutenu, de même que l'ouverture vers les marchés extérieurs. Sa position de plus grande démocratie du monde et sa pratique de l'anglais sont des atouts non négligeables pour son développement.

L'Amérique du Sud a développé ses activités industrielles au xxe s., orientées essentiellement vers les marchés nationaux. Les étapes de la création du Mercosur, dans les années 1990, ont marqué le début d'un changement. Parmi les sept pays qui y sont associés aujourd'hui, le Brésil se détache, d'abord de par sa taille et sa population, pour assurer le rôle de leader, même si d'autres pays, notamment le Chili, font preuve d'un dynamisme significatif.

Des programmes d'industrialisation ont été menés en Afrique au lendemain des indépendances. La part de l'industrie est croissante dans l'économie de la majeure partie des pays africains. Mais le secteur extractif est majoritaire et le secteur manufacturier reste encore peu compétitif. Seule l'Afrique du Sud émerge réellement, devançant les pays du Maghreb, parmi lesquels la Tunisie vient en tête.

L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont un secteur manufacturier diversifié. Cependant, tourné uniquement vers le marché intérieur, il reste limité, étant donné la taille, modeste, de la population des deux pays.