En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

indo-européen

Langue non directement attestée mais reconstituée par comparaison des diverses langues à l'origine desquelles elle se trouve.

L'indo-européen est la langue commune dont sont issues les langues dites indo-européennes, qui recouvrent aujourd'hui la quasi-totalité de l'Europe et de l'Amérique et une partie importante de l'Asie : la moitié de l'humanité parle une langue issue de l'indo-européen.

Les langues indo-européennes se classent en douze groupes principaux : 1° le tokharien (vie-viie s. de notre ère) ; 2° l'indo-aryen, du sanskrit védique (IIe millénaire) aux diverses langues actuelles (hindi, bengali, etc.) ; 3° l'iranien, d'où viennent l'avestique et le vieux perse (Ier millénaire avant notre ère), est représenté aujourd'hui par de nombreux idiomes ; 4° l'arménien, connu depuis le ve s. de notre ère ; 5° l'anatolien, qui n'est représenté que par des langues mortes (hittite, louvite lycien et lydien) ; 6° le grec, depuis le mycénien du IIe millénaire au grec moderne ; 7° l'albanais ; 8° les langues italiques, dont le latin, langue mère des langues romanes ; 9° le celtique ; 10° le germanique (anglais, allemand, scandinave) ; 11° le baltique : vieux prussien (disparu), lette et lituanien ; 12° le slave, du vieux slave aux langues slaves modernes. La grammaire comparée des langues indo-européennes, née au début du xixe s. avec F. Bopp, s'efforce de restituer la langue commune dont elles sont issues : celle-ci nous apparaît non comme le sabir d'un conglomérat de populations hétérogènes, mais comme la langue d'un peuple dont nous connaissons les idéaux et les valeurs, attestés par la récurrence de nombreux schémas narratifs hérités, présents dans les Veda, les poèmes d'Homère, l'Edda nordique, etc. Les indications acquises sur les techniques, l'habitat, le cadre de vie nous aident à identifier les Indo-Européens parmi les néolithiques d'Asie et d'Europe. Un accord semble se réaliser aujourd'hui en faveur du site dit « des kourganes », qui s'étend entre l'Oural, la mer Caspienne et la mer Noire, du Ve au IIIe millénaire, et d'où, en direction de l'Europe et de l'Asie, sont parties trois vagues successives d'envahisseurs.