En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

grès

Grès à meules rouges
Grès à meules rouges

Roche sédimentaire siliceuse résultant de la cimentation naturelle d'un sable, et où les grains de quartz sont dominants, utilisée dans la construction, l'empierrement et le pavage des routes et, lorsqu'il est très fin, comme pierre à aiguiser (voir aussi grès [céramique]).

Les grès sont des roches très courantes dans les séries sédimentaires où ils se trouvent en bancs plus ou moins réguliers ou en lentilles. Leur couleur est généralement claire, blanc jaunâtre à grisâtre, mais leur ciment peut être coloré par des oxydes de fer en jaune, rouge ou vert. Leur degré de cimentation est variable et conditionne leur possibilité d'utilisation. Lorsque les grains sont intimement soudés et se distinguent mal à la fois les uns des autres et du ciment, on parle de quartzite.

On classe les grès d'après :
• la taille des grains (grès grossier, moyen, fin, très fin) ;
• la nature du ciment (grès à ciment calcaire [grès calcarifère], à ciment dolomitique, à ciment siliceux [grès quartzeux], à ciment ferrugineux, à ciment pélitique) ;
• la présence d'éléments particuliers : fossiles ou débris de fossiles (grès coquillier, grès lumachellique si les fossiles sont abondants et orientés), micas (grès micacé ou psammite si les micas sont en lits), feldspaths (grès feldspathique ou arkosique, arkose si les feldspaths représentent plus de 25 %), débris de roches (grès lithique ou grauwacke, grès à dragées) et glauconie (grès glauconieux [vert]).

Les grès ont une porosité assez importante qui varie en fonction de leur cimentation. Ils peuvent constituer des niveaux aquifères intéressants ou renfermer des hydrocarbures. Leur désagrégation redonne des sédiments arénacés. Certains grès sont localement caractéristiques d'une formation géologique déterminée et leur nom est alors parfois employé comme synonyme d'un nom d'étage : grès armoricain (silurien de l'ouest de la France), vieux grès rouge (dévonien), nouveau grès rouge (permien), grès des Vosges ou grès bigarré (trias), grès de Fontainebleau (stampien).

Principaux grès

Grès bigarrés, ensemble de grès, de conglomérats et d'argiles de couleur rouge ou verte représentant la base du trias dans l'est de la France.

Grès de plage, concrétion friable de sable de plage, parfois d'origine corallienne, cimentée par du calcaire (calcite, aragonite) sous la forme de bancs (jusqu'à 3 m), qui sont le plus souvent inclinés vers la mer. Les conditions écologiques [sédiments carbonatés coralliens] et chimiques [force de l'évaporation] expliquent que les grès de plage sont surtout présents sur les grèves des rivages tropicaux.

Grès rouge, sédiment de couleur rouge d'origine continentale, à faciès lacustre, déposé sous climat aride, en bordure d'un continent septentrional au cours du dévonien (vieux grès rouge), puis du permien (nouveau grès rouge).

Grès vosgien, base de la partie inférieure du trias de l'est de la France, constituée de dépôts d'origine fluviatile ou deltaïque.