En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

grippe espagnole

Virus de la grippe
Virus de la grippe

Nom donné à l'épidémie de grippe qui sévit entre 1918 et 1920, la plus importante pandémie grippale connue dans l’histoire de l’humanité.

1. Origines

Le virus de la grippe espagnole, qui sera identifié plus tard comme une souche A(H1N1), semble être né en Chine en 1915 puis être arrivé aux États-Unis dès 1916 avec les immigrants avant d’y acquérir une virulence extrême. Les premiers cas sont signalés en mars 1918 dans des bases militaires du Kansas, et la grippe gagne rapidement tout le continent.

2. Déroulement de la pandémie

En avril 1918, une première vague épidémique touche l’Europe, alors en proie à la Première Guerre mondiale, après l’arrivée de troupes américaines à Bordeaux. Elle s’étend rapidement vers le front, où la grippe est signalée dans les tranchées dès la mi-avril, et vers le Sud où elle frappe l’ensemble de l’Espagne. Le 10 mai, on estime que 70 % de la population de Madrid, y compris le roi Alphonse XIII, a été touchée en l’espace de trois jours. Dans ce pays non engagé dans la guerre, la presse parle sans censure des ravages de l’épidémie à laquelle les belligérants donnent rapidement le nom de grippe espagnole.

En mai, une deuxième vague épidémique se développe à partir du port de Brest. Après un pic au mois de juillet, l’épidémie semble régresser en août avant d’éclater à nouveau à partir de septembre. Elle atteint une intensité maximale dans toute l’Europe fin octobre et début novembre, puis s’atténue un peu avant qu’un nouveau pic n’éclate en février-mars 1919.

Après une faible activité pendant l’hiver 1919-1920, la grippe espagnole semble disparaître.

3. Bilan

La pandémie de grippe espagnole aurait touché dans le monde un humain sur deux. Les spécialistes les plus prudents parlent de 20 à 40 millions de morts dans le monde, alors que les plus nombreux évoquent désormais 50 à 100 millions de victimes, dont beaucoup d’adultes jeunes. En France, les statistiques officielles qui recensaient 210 900 morts ont été révisées à 408 000 après une récente relecture des registres d’état-civil.

Les deux victimes françaises les plus célèbres sont Guillaume Apollinaire le 9 novembre 1918 et Edmond Rostand le 2 décembre 1918.