En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

graphique

Graphique à construction en colonnes [1]
Graphique à construction en colonnes [1]

Représentation de données qualitatives, ordonnées ou quantitatives, par une construction utilisant les propriétés de la perception visuelle et appliquant les lois de la graphique.

MATHÉMATIQUES

Les graphiques à bandes, à barre, à bâton, en colonnes, en escalier transcrivent des valeurs numériques par des dessins de longueur ou de hauteur proportionnelles ; ces constructions sont efficaces lorsqu'elles représentent les variations d'un seul caractère à travers différents objets (figure 1).

Les graphiques cartésiens, rectangulaires permettent de représenter dans le plan les relations entre les éléments d'une composante, sur l'axe des abscisses en x, et les éléments d'une autre composante sur l'axe des ordonnées, en y.

Un graphique circulaire transcrit par un cercle, ou un demi-cercle, divisé en secteurs proportionnels, les valeurs numériques des différents éléments d'un ensemble statistique (figure 2).

La construction triangulaire établit les relations qui existent entre trois caractères dont la somme peut être ramenée à cent (par exemple une population répartie entre jeunes, adultes et vieux) [figure 3].

La construction des courbes pose le problème du choix de l'échelle à utiliser. L'échelle arithmétique visualise les nombres et exprime leurs relations en termes d'addition ou de soustraction (des longueurs égales expriment des différences). L'échelle logarithmique transcrit les rapports entre les nombres et leurs relations en termes de multiplication et de division (des longueurs égales expriment un rapport constant).

La graphique selon Bertin

La graphique moderne, que Jacques Bertin a définie dans les années 70, structure la construction des diagrammes, des cartes et des réseaux dans un ensemble unique, à partir d'une grammaire qui s'appuie sur les lois universelles de la perception visuelle. Elle remplace par une organisation logique la liste infinie des procédures de dessin (graphiques en escalier, en tuyaux d'orgue, etc.) ou des types de cartes (électorale, d'aménagement, etc.) et substitue la notion d'utilité (pourquoi dessiner ?) à la notion d'illustration (comment dessiner ?). Une construction graphique efficace fournit une réponse visuelle aux questions posées sur les relations qui existent entre des objets et les caractères qui les décrivent.