En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

géoïde

Surface équipotentielle du champ de pesanteur, choisie pour être voisine du niveau moyen des mers.

Pratiquement, le géoïde coïncide avec le niveau moyen des mers, corrigé des fluctuations dues aux marées, à la houle, aux courants et aux irrégularités de densité dues à des différences de température ou de salinité.

Le géoïde est représenté avec une bonne approximation par un ellipsoïde de révolution. L'un des objectifs essentiels de la géodésie consiste précisément à déterminer les écarts qui existent entre le géoïde et l'ellipsoïde de révolution choisi comme référence.

Grâce aux satellites géodésiques, soit en étudiant les perturbations de leur mouvement, soit par l'intermédiaire d'opérations de triangulation par laser, on parvient à présent à déterminer les irrégularités du géoïde à moins de 1 m près. On a pu établir, par exemple, que le pôle Sud se situe à 25 m au-dessous de la surface moyenne de référence, alors que le pôle Nord se situe à 15 m au-dessus, ce qui a fait dire de façon imagée – mais très excessive – que la Terre avait la forme d'une poire. Vers la Nouvelle-Guinée, au sud de l'Islande et au sud de Madagascar, le géoïde présente des « bosses » de 50 à 80 m au-dessus de l'ellipsoïde de référence ; au sud de la péninsule indienne, il offre au contraire un « creux » d'un peu plus de 100 m, et d'autres dépressions de moindre importance existent en Mongolie, au sud de la Nouvelle-Zélande ainsi qu'au large de la Californie.