En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

foyer

(latin populaire *focarium, du latin classique focus, foyer)

Foyer à grille mécanique
Foyer à grille mécanique

Partie d'un appareil de chauffage dans laquelle s'effectue la combustion.

THERMIQUE

Dans le foyer traditionnel à charbon, l'appareil de combustion est la grille, qui supporte le combustible et donne accès à l'air par les intervalles de ses barreaux. Les combustibles de très petit calibre, tels que grains, fines, offrant une grande résistance au passage de l'air, celui-ci doit être amené sous grille avec une pression suffisante (foyers soufflés).

Le chargement manuel se limite aux foyers de faible puissance ; le chargement par gravité, aux petits et moyens foyers à charbon de petit calibre (grains). Le chargement de combustible solide sur la grille des gros foyers mécaniques peut se faire par projection, lorsque la grille est fixe (foyers à pelletage), ou par injection en continu dans une trémie, lorsque la grille est mobile (types Babcock et Wilcox, Roubaix, Harrington). Dans tous les foyers mécaniques, on cherche à régler la vitesse d'avancement du combustible, son épaisseur et l'allure de combustion, de telle sorte qu'en fin de parcours le charbon parvienne à l'état de cendres et de scories.

Dans la chauffe par combustibles fluides ou pulvérulents, l'appareil de combustion est en général le brûleur. Dans les appareils à charbon pulvérisé, le combustible est projeté dans le courant gazeux, à fort excès d'air, qui s'élève au-dessus d'une petite grille, ou bien mis en suspension, dans l'air également, au-dessus d'une grille. Dans les foyers-cyclones, les grains de combustible sont entraînés par un mouvement giratoire très rapide, avec l'air de combustion fortement chauffé, dans une capacité cylindrique ou tronconique de dimensions relativement faibles. Ils brûlent à la surface du lit de scories en fusion qui tapissent cette capacité et les scories s'écoulent à l'état liquide au fond de la chambre secondaire, dans laquelle s'achève la combustion des gaz.

D'une façon générale, les chambres de combustion doivent offrir un volume suffisant pour que la combustion soit complète, et ce volume est d'autant moindre que le comburant et le combustible sont plus activement brassés.