En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

fonds

(ancien français fonz, du latin populaire fundus, fond)

FINANCES

Les fonds communs de placement

Les fonds communs de placement ont trouvé leur premier emploi à partir des ordonnances de 1967 sur la participation des salariés aux fruits de l'expansion des entreprises ; la loi du 13 juillet 1979 a mis également à la disposition des épargnants cet instrument d'investissement mobilier. Ces FCP n'ont pas de personnalité morale, ce qui les distingue des sicav. Chaque part du fonds correspond à une fraction des actifs. Le fonds fonctionne grâce à un dépositaire et un gérant, qui doivent être distincts. L'entrée et la sortie se font par achat et vente des parts.

Les fonds de pension

Les fonds de pension sont répandus dans les pays anglo-saxons, où on les appelle mutual funds. Les salariés épargnent durant leur vie professionnelle une certaine fraction de leur revenu. Celle-ci est confiée à des gestionnaires ayant pour objectif de financer la création d'un patrimoine dont le bénéficiaire, une fois sa carrière professionnelle achevée, obtiendra l'usufruit sous la forme d'une rente à vie. Les fonds de pension reviennent à placer d'importantes liquidités sur les marchés financiers. Les organismes qui les gèrent prennent place dans la catégorie des « investisseurs institutionnels » ou « organismes de placement collectif » et contribuent, à ce titre, au financement des entreprises. En raison de l'importance des actifs qui se trouvent placés, ils acquièrent inéluctablement un droit de regard sur les stratégies des firmes dans lesquelles ils investissent.

Les objectifs financiers des fonds de pension sont finalisés sur le rendement des actifs à long terme. En conséquence, ils se différencient des fonds spéculatifs, dont les placements relèvent surtout de la recherche du gain maximal à très court terme.

Les fonds souverains

Les fonds souverains (en anglais, sovereign wealth funds) sont définis par trois critères : ils sont possédés ou contrôlés par un gouvernement national ; ils gèrent des actifs financiers (évalués à 2 500 milliards de dollars US) dans l’optique de créer de la richesse sur le long terme ; ils sont censés atteindre des objectifs macroéconomiques précis, tels que la diversification du P.I.B. d’un pays. Ils servent aussi, en cas de crise, à renflouer une grande banque ou à fournir des liquidités aux fonds spéculatifs.

Les fonds souverains tirent leur origine des excédents de la balance des paiements, dus en particulier aux exportations de matières premières. Les principaux pays qui en sont pourvoyeurs sont les pays producteurs de pétrole, mais aussi la Chine, Singapour, la Corée et, de plus en plus, la Russie et le Japon.

Les fonds spéculatifs

Les fonds spéculatifs sont des organismes de gestion financière collective qui mettent en commun les capitaux détenus par des institutions financières ou par des individus fortunés. Non seulement leurs performances à court terme sont en principe sans commune mesure avec celles du marché des actions et obligations, mais ils offrent une protection aux investisseurs dans l’éventualité d’un marché déprimé (d’où la notion de « couverture » exprimée par leur nom en anglais). Leur objectif est de maximiser les plus-values de leurs détenteurs, qui doivent en revanche accepter de prendre des risques beaucoup plus élevés que ceux des indices boursiers traditionnels.

Apparus aux États-Unis dès 1949, les fonds spéculatifs se sont surtout multipliés depuis la fin des années 1990, la plupart de ces organismes étant installés off shore et échappant à tous les dispositifs de transparence mis en place par les autorités financières internationales. L’importance qu’ils ont prise dans l’économie mondiale a été mise en évidence en 2008 lors de la crise dite « des subprimes » (crédits immobiliers à taux variable) qui a éclaté aux États-Unis. La crise financière généralisée qui en est résultée leur a été en partie imputée, parce qu’ils sont accusés d’engendrer et d’entretenir l’instabilité sur les marchés financiers. Aussi l’idée de les réglementer sous la forme d’un « code de bonne conduite » du capitalisme international fait-elle son chemin.