En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

désarmement

Action concertée visant à limiter, supprimer ou interdire la fabrication ou l'emploi de certaines armes.

Le désarmement n'a fait réellement l'objet de négociations internationales qu'après la Première Guerre mondiale. Le programme de la Société des Nations (SDN), qui visait notamment à la réduction des armements au minimum compatible avec la sécurité nationale et prévoyait un contrôle international du commerce des armes, ne sera que partiellement appliqué : limitation des armements navals (traité de Washington, 1922) et des armements biologiques et chimiques (protocole de Genève, 17 juin 1925). En rompant avec la SDN (1933), Hitler engage l'Allemagne dans la voie du réarmement et condamne, a posteriori, la conférence de Genève (1932-1937).

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les négociations sont dominées par la menace sans précédent des armes nucléaires. Les rivalités atomiques et l'obstacle du contrôle, clé de voûte de tout système d'accord, vont empêcher la promotion d'un désarmement général et complet jusqu'au minimum compatible avec l'exercice des fonctions de police des États. C'est pourquoi, depuis 1957, les accords bilatéraux (URSS, États-Unis) ou multilatéraux qui ont été conclus présentent un aspect partiel. Parmi les plus importants on peut citer : le traité d'interdiction des essais nucléaires non souterrains (1963), le traité sur la non-militarisation de l'espace (1967), le traité de non-prolifération des armes nucléaires (1970), la convention d'interdiction des armes biologiques (1972), les accords sur la prévention de la guerre nucléaire (1973).

À partir de 1969, des discussions sur les armes stratégiques réunissent les deux grands dans le cadre des accords SALT et START. Parallèlement se tient à partir de 1973 la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE) (→ OSCE).

Bloquées au début des années 1980, les négociations entre les États-Unis et l'URSS progressent avec les rencontres Reagan-Gorbatchev à Genève (1985), puis à Reykjavík (1986). Cette reprise du dialogue prélude à la signature en 1987 à Washington de l'accord FNI (Forces nucléaires intermédiaires) prévoyant le démantèlement des missiles à moyenne portée en Europe. Dans le même esprit s'inscrivent le traité de Paris (1990) réduisant les forces conventionnelles en Europe (traité FCE), les traités START I et II signés à Moscou (1991 et 1993), la convention d'interdiction des armes chimiques (1993).

Tandis que la Conférence du désarmement poursuit ses travaux sous l'égide de l'ONU, le processus de désarmement connaît de nouveaux développements : un traité d'interdiction globale des essais nucléaires est signé le 24 septembre 1996 ; lors du sommet d'Helsinki, en mars 1997, Américains et Russes conviennent d'élaborer un accord START III en vue de réduire les ogives stratégiques de leurs deux pays. Par ailleurs, la convention d'Ottawa (1997) interdit la mise au point, la fabrication, le stockage, le transfert et l'emploi des mines antipersonnel.

Pour en savoir plus, voir les articles OTAN, Société des Nations (SDN).